• Le MES confirme: les épreuves académiques de Cambridge seront tenues désormais en mai/juin
  • « L’option des examens GCE O-Level/GCE A-Level en octobre/novembre pour les “private candidates” sera-t-elle maintenue ? »
  • Syndicat des recteurs du secondaire d’Etat : « Des changements majeurs prenant au dépourvu et nécessitant une rencontre des autorités avec tous les Stakeholders du secondaire »

Le Mauritius Examinations Syndicate (MES)confirme la nouvelle politique du gouvernement en ce qu’il s’agit de la tenue des traditionnels examens de fin de cycle secondaire, soit les épreuves de SC/HSC. Jusqu’icin, ces examens se tenaient vers la fin de l’année, notamment au cours de la période d’octobre et novembre. Une circulaire de cet organisme envoyée hier aux écoles annonce que « la décision a été prise pour la participation des school candidates henceforth » aux épreuves de mai/juin de Cambridge. Il s’agit d’un changement important, signifiant un chamboulement majeur à l’avenir dans le calendrier scolaire. Toutefois, le MES garde le silence au sujet de la possibilité ou non à l’avenir pour les “private candidates” de pouvoir prendre part aux examens de GCE O Level/GCE A Level d’octobre/novembre de Cambridge.

Cette communication du MES faisant état de deux décisions importantes, d’une part du changement de date d’examens pour l’avenir et, de l’autre, du syllabus que Cambridge prendra en considération pour les examens de mai-juin 2022, est très brève. « Following the decision for school candidates in Mauritius to henceforth sit for the SC/HSC/GCE April/May/June series examination, this is to inform you that for students siting for the SC/HSC/GCE April/May/June 2022 series examinations, Cambridge International has informed that such students will be assessed on the syllabuses prescribed for the April/May/June examinations series of 2022 », peut-on ainsi la lire.

Cette circulaire étant destinée surtout aux “school candidates”, plusieurs se demandent si le MES émettra un autre communiqué à l’intention spécifiquement des “private candidates” ayant eu la possibilité jusqu’ici de prendre part aux examens de juin et à ceux d’octobre-novembre.

Le MES prie les chefs d’établissements de transmettre ces informations aux enseignants et aux candidats, et de s’assurer que « the appropriate syllabuses are being taught ». Mais ce n’est qu’aujourd’hui que les recteurs commenceront à discuter avec leur staff des implications de ces changements dans le déroulement de l’année scolaire. « D’après la circulaire du MES, nous allons définitivement vers de nouvelles dates pour la participation des school candidates aux examens de Cambridge. Il s’agit là d’un changement significatif auquel la population devra s’adapter, et qui entraînera certainement des changements majeurs dans le calendrier scolaire et dans la vie de l’école. Mais tout cela doit être discuté avec tous les “stakeholders” », réagit Preetam Mohitram, président du syndicat des recteurs/assistants-recteurs du secondaire d’Etat.

Des chefs d’établissements font remarquer que les circulaires envoyées aux écoles « ne donnent que des informations d’ordre général ». Aussi, ils notent « beaucoup de flou » sur plusieurs aspects. « En l’absence d’informations claires, nous ne pouvons répondre aux nombreuses questions du staff, mais aussi des membres du public », disent ces recteurs. Des responsables de collège ainsi que des parents, après avoir pris connaissance de cette circulaire, se posent en effet beaucoup de question, notamment de savoir si ce changement de dates d’examens a été proposé par Cambridge ou s’il fait suite à une demande des autorités mauriciennes à l’examinateur anglais.

Mais aussi : est-ce que les matières offertes habituellement aux examens d’octobre-novembre seront proposées aux examens de mai-juin, étant donné que quatre matières ne figurent pas aux examens de mai-juin 2021 ? Les traditionnels examens d’octobre-novembre seront-ils abolis à Maurice ? De même, concernant les “private candidates”, ces derniers pourront-ils toujours avoir le choix entre les examens de mai-juin et ceux d’octobre-novembre ?

Dans le sillage de ces changements, le syndicat des recteurs des collèges est d’avis que le ministère de l’Éducation « devrait discuter au plus vite avec les “stakeholders” afin d’apporter des éclaircissements sur de nombreux points ». Le syndicat lance aussi un appel au MES pour tenir des réunions des différents Subjects Advisory Committees pour discuter des changements relatifs au syllabus pour les examens de 2022, et au-delà. « Cette dernière circulaire du MES donne lieu à diverses interprétations. Il est important que les autorités ouvrent le dialogue avec les chefs d’établissements et les enseignants pour enlever toute confusion », insiste Preetam Mohitram.