(Photo d'illustration)

– Chefs d’établissements et enseignants : « Nous sommes soulagés devant le maintien du syllabus actuel pour la plupart des matières, mais il y a d’autres points à éclaircir »

– Préoccupations toujours concernant la date butoir pour la soumission des “Coursework” et au sujet de certaines activités extérieures relatives à ces travaux pratiques

Après une levée de boucliers la semaine dernière de plusieurs “stakeholders” du secondaire contre le retard des autorités à communiquer le programme d’études qui sera tenu en compte pour les examens de mai-juin 2021, le Mauritius Examinations Syndicate (MES) a finalement communiqué officiellement le syllabus hier après-midi. On relève un sentiment de satisfaction parmi les enseignants, les chefs d’établissements et les candidats prenant en effet connaissance du maintien du syllabus pour la majorité des matières. « Nous accueillons favorablement cette démarche du MES de rétablir la communication sur le syllabus. À l’exception de quatre matières, en général, le programme d’études reste le même, et c’est un grand soulagement pour tout le monde », dit Preetam Mohitram, président du syndicat des recteurs/assistants des recteurs du secondaire d’Etat. « Dans l’ensemble le syllabus reste pareil, et c’est un point positif. C’est rassurant. Nous pouvons poursuivre la préparation des candidats en toute sérénité », disent pour leur part des enseignants.

Cependant les chefs d’établissement soulignent qu’il y a encore « plusieurs points à éclaircir » concernant les examens de 2021, mais aussi les examens qui se tiendront en mai-juin 2022, et auxquels les élèves actuellement en Form IV et en Lower VI se préparent déjà. « Après la publication officielle du syllabus hier, il y a encore plusieurs interrogations importantes sur lesquelles nous attendons des réponses officielles au plus vite de la part du MES », dit Bashir Taleb, président de la Fédération des managers des collèges privés.

En effet, le MES n’a toujours pas communiqué aux écoles la date butoir pour la soumission des “courseworks” (travaux pratiques couplés à la présentation d’un dossier écrit déclinant les différentes étapes vers la réalisation de l’ouvrage) obligatoires pour certaines matières, telles que “Travel & Tourism”, “Communications Design and Technology” , “Entrepreneurship” et “Food Studies”. « Il y a des activités à l’intérieur et à l’extérieur de l’école qui sont obligatoires, selon le syllabus, pour certains “coursework”. La tenue de telles activités requiert une organisation et le ministère n’a pas encore donné son autorisation pour la sortie des élèves. Nous sommes dans le flou, et c’est inquiétant », ajoute un enseignant de “Travel and Tourism”. « Le MES doit maintenant communiquer officiellement sur d’autres détails pour rassurer les candidats dans leur préparation aux examens », estime le président du syndicat des recteurs du secondaire d’Etat.

Les chefs d’établissements affirment qu’il y a aussi « un gros flou » au sujet du syllabus des examens de mai 2022. « Est-ce que le MES a déjà discuté avec Cambridge au sujet des examens de mai-juin 2022, parce que la préparation des candidats est déjà enclenchée depuis le début de cette année ? S’il y aura des changements dans le syllabus, comme c’est le cas pour quatre matières pour les examens qui se tiendront l’année prochaine, il faut que le MES le dise dès cette année et n’attende pas l’année prochaine… » est d’avis le président de la Fédération des managers.

Les chefs d’établissements s’interrogent aussi sur le montant que devront débourser les redoublants pour leur participation aux examens l’année prochaine. « Est-ce qu’il y aura une augmentation dans les frais d’examens ? Et à partir de quelle date le MES commencera à collecter les “fees” ? » demandent des recteurs.