Arnaud Lagesse

Le CEO d’IBL regrette que sa plainte ait été associée « à de bas intérêts ethniques », tout en saluant les propos de Me Neelkanth Dulloo

Le Chief Executive Officer du groupe IBL Arnaud Lagesse, adresse un message aux 27 000 employés de ce conglomérat avec pour principale teneur, « Soyons les porte-parole de la paix et la solidarité . Il s’exprimait dans le sillage de la libération sous caution de l’internaute contre laquelle il avait porté plainte, suivant des propos dans une vidéo contre « plusieurs Mauriciens », certaines entreprises du groupe IBL, le Consulat de Belgique et lui-même. Vidéo qui a d’ailleurs déclenché des commentaires à relents communaux et d’appels au boycott sur les réseaux sociaux.

Après l’interpellation de cette internaute par la Cybercrime Unit, Arnaud Lagesse explique que sa libération sous caution samedi dernier, au lieu du 20 avril, comme mentionné dans la presse constitue « une bonne chose ». Mais le patron d’IBL parle de sa « tristesse » face à « un déferlement de commentaires sur les réseaux sociaux, associant ma plainte à de bas intérêts ethniques ». Il ajoute : « De plus, IBL est visé par d’autres internautes qui appellent au boycott de nos entreprises (Winners, PhoenixBev, IBL inter alia). Je suis consterné par ces médisances, qui déplacent le vrai débat sur la responsabilité des citoyens dans la société et je suis très inquiet par la tournure communale que prend cette affaire. »

Arnaud Lagesse se dit convaincu que la diversité dans le pays et au sein du groupe IBL « est une composante essentielle de nos réussites ». Il rappelle une fois de plus que « c’est ensemble que nous sortirons de la crise de la COVID-19, qui entraîne de gros défis économiques et sociaux ». Il poursuit : « En tant que citoyen respectueux de la loi, je laisse le soin à la justice de faire son travail. Cependant, il est primordial que les autorités ne perdent pas le contrôle de la situation à un moment où notre pays traverse cette crise sans précédent. »

Le CEO d’IBL dit être « un ardent défenseur de la liberté d’expression », élément essentiel « pour l’épanouissement des individus et pour faire vivre la démocratie et notre démocratie ». Il précise qu’il ne poursuit pas le droit d’avoir des opinions, « bien au contraire » mais rappelle que « je ne peux accepter la diffamation et tout discours qui pourrait fragiliser notre cohésion sociale et salir notre groupe et ma famille ». Il s’appesantit sur le fait que c’est l’équilibre social qui, bien qu’il soit fragile, « fait le succès de Maurice ».

Arnaud Lagesse plaide pour un « débat sain sur les vrais enjeux de la société dans le respect de chaque individu, chaque communauté, chaque entreprise et ses employés ». Le CEO d’IBL ne manque pas de saluer au passage les « propos apaisants » de Me Neelkanth Dulloo, avocat de l’internaute, avant d’interpeller directement ses employés : « Je vous demande humblement d’être des citoyens exemplaires et donc, des porte-parole de la paix et la solidarité. »