Pour la première fois depuis l’accession de Maurice à l’indépendance, aucune procession n’est prévue dans les rues de Plaine-Verte pour le festival de Yamse ou le lever et la casse du Ghoon cette année. « Nous avons prévu l’organisation des cérémonies devant les lieux de rencontres et de prières aux heures habituelles, dans le plus strict respect du protocole sanitaire, c’est-à-dire avec un maximum de 50 personnes. Le port du masque sera obligatoire », dit Ali Sobdar, responsable de la 6e congrégation des Mohammadanes à Maurice.

« La sécurité autour de l’espace prévu pour la cérémonie sera placée sur le contrôle de la police », fait encore comprendre Ali Sobdar. « Tous les organisateurs du Yamse ont eu plusieurs sessions de travail avec la police. Il a été convenu que pour les besoins de la sécurité sanitaire, il serait mieux d’éliminer toutes les sorties du Ghoon loin de nos bases habituelles », explique-t-il, avant de souligner que cette année, « le spirituel aura le dessus sur les démonstrations publiques ».

Le lever et la casse du Ghoon sont organisés au 10e jour du mois de Muharram, premier mois du calendrier islamique. C’est un des mois les plus importants après celui du Ramadan. Pendant les dix premiers jours de ce mois, connu comme l’Ashura, les musulmans se rencontrent dans des mosquées et dans des lieux de prières pour faire le « majilis » en mémoire de l’imam Hussain, mort en martyr durant la bataille de Karbala.

Les processions organisées à la fin du 9e jour et du 10e jour de l’Achura sont généralement suivies par des centaines de personnes. Aucune procession ne sera donc organisée ni mercredi soir ni jeudi après-midi cette année.