La fête du Travail est une occasion exceptionnelle de rendre hommage aux Rodriguais pour leur contribution pour le développement de l’île. C’est ce qu’a déclaré Serge Clair, le leader de l’Organisation du Peuple de Rodrigues (OPR) et chef commissaire à l’Assemblée Régional. C’était lors d’une conférence de presse à Mont-Lubin le 1er mai dernier. Cette année, ajoute-t-il, c’est la célébration des 45 ans de l’OPR, créé en 1976. Et de préciser que, de 2002 à 2021, c’est la célébration des 18 ans de l’autonomie de Rodrigues. Une cérémonie de dépôt de gerbes s’est déroulée au cimetière de St Gabriel afin d’honorer la mémoire de tous les travailleurs défunts qui ont participé d’une façon ou d’une autre au développement de l’île.

Pour Serge Clair, l’autonomie de Rodrigues est « un grand événement ». « Sa lotonomi-la finn donn lakapasite a lapopilasion de Rodrig pou limem get so lavenir, so bann bezwin, so bann priyorite, ek pou montre a Larepiblik de Moris e lemond antie se ki Rodrige kapav fer po devlop so lil », dit-il. Il a ainsi félicité tous les travailleurs de Rodrigues ainsi que toutes les organisations qui regroupent les travailleurs, dont les syndicats. « Ils ont démontré que le travail est absolument nécessaire pour le développement d’un pays. Avec l’autonomie de Rodrigues, il reste beaucoup de travail à faire. L’autonomie de l’île nous permet de regarder vers l’avenir et de travailler pour cette île. Bann zenes zordi bizin get zot lavenir », avance-t-il.

Le leader de l’OPR ajoute que la fête du Travail doit être « une réflexion pour chaque membre de la population rodriguaise », estimant que tout un chacun « doit se sentir impliqué dans le développement de l’île ». Il insiste sur le fait que l’autonomie de Rodrigues est « importante » afin que la population ne se fasse plus assister. « Le gouvernement national est conscient que nous ne sommes pas dans une autonomie de l’assistanat. Sak travayer bizin reflesi ki li kapav fer. Fode pa ki li asiz dan so lakaz li kwraz lebra. Li pa zis travay dan gouverman sa. Zot bizin fier de tou travay ki zot fer. Jesus Christ a dit je suis venu pour servir et pas pour être servi. Les fonctionnaires doivent être au service de la population. Nou bizin kapav fer enn dimounn sorti dan so povrete. Povrete se enn kitsov ki bizin pa existe sa », déclare-t-il.

Pour sa part, Daniel Baptiste, le commissaire de l’Emploi, a eu une pensée spéciale pour toutes les familles rodriguaises. Il soutient que plus de 18 900 travailleurs aujourd’hui contribuent au bien-être de leur famille. « La plupart de ces personnes évoluent dans des compagnies privées ou à leur propre compte. La lutte continue, car il y a toujours un combat à mener afin que toute la population puisse comprendre que, quand on parle de travailler, ce n’est pas seulement au sein de la fonction publique. Du moment que vous offrez vos services, que ce soit à domicile ou ailleurs, pour être rémunérés, cela s’appelle travailler », explique-t-il.

Il ajoute que, cette année, cette journée a été marquée autrement à cause des mesures sanitaires et des examens du SC et HSC. Et de soutenir qu’avec le Tourism Livelihood Scheme, « tout est mis en œuvre afin de maintenir le secteur touristique à flot ». À titre d’exemple, il cite la foire solidaire ainsi que le fait que « laviann vann bon marse ». Il souligne de même que tout est mis en œuvre afin de reconnaître les travailleurs des secteurs informels.

Daniel Baptiste indique qu’alors qu’il n’y avait que deux officiers en 2012, le bureau du Travail est aujourd’hui capable de répondre aux défis qui menacent les travailleurs. « En 2012, il y avait deux officiers, mais aujourd’hui, nous en avons sept. Et le présent budget du gouvernement régional donne encore plus d’opportunités à nos compatriotes de se lancer dans des entreprises génératrices de revenus. Nous voulons encore plus mettre l’accent sur les jeunes qui seront employés au sein des entreprises technologiques », indique-t-il. Et d’ajouter que l’agriculture, l’élevage et la pêche ne sont pas en reste.