Photo d'illustration

Les pêcheurs de plusieurs villages de la côte Sud-Est de l’île bénéficieront d’un programme de soutien initié par Caritas et financé par MOL (Mauritius) Ltd, la branche locale de Mitsui OSK Lines, ayant loué le Wakashio peu avant son naufrage.

Le programme d’aide, qui a démarré depuis février dernier,  a été lancé officiellement cette semaine à Grande-Rivière Sud-Est, Camp des Pêcheurs en présence de l’ambassadeur du Japon, Shuichiro Kawaguchi, le directeur de MOL (Mauritius) Ltd, Goro Yamashita, la présidente et secrétaire générale de Caritas, Patricia Adèle-Félicité, ainsi que des représentants des familles de pêcheurs de la région.

Ce projet qui est mis en œuvre par deux coopératives de pêcheurs et Caritas Bel-Air comprend plusieurs volets : soutien matériel aux pêcheurs, formations pour l’adoption de moyens de subsistance alternatifs, et enfin un volet éducatif pour assister des élèves en difficultés scolaires dans la région. Les villages concernés sont Trou d’Eau Douce, Grande Rivière Sud-Est, Camp des Pêcheurs, Deux-Frères, Quatre-Sœurs, Bois des Amourettes et Bambous Virieux. Une étude a été réalisée en amont afin d’identifier les familles en difficulté et leurs besoins les plus urgents.

Ainsi, le matériel de pêche (casiers pour poissons et langoustes, filets, lignes de pêche) sera offert à 92 pêcheurs professionnels, 100 familles suivront des formations pour la culture d’un potager et l’élevage de poules, et 115 écoliers bénéficieront de cours de soutien scolaire, de matériel et d’uniformes.

L’ambassadeur japonais a souligné que « le Japon est également un pays insulaire et une grande partie de sa population dépend de la mer pour vivre. Nous sommes pleinement conscients des difficultés que peuvent rencontrer les pêcheurs, les poissonniers et les nombreux autres opérateurs qui dépendent de la mer pour leur revenu quotidien. Plusieurs aides ont été formulées, tant du côté public que privé. MOL a installé son bureau à Maurice peu après l’incident. Je pense que c’est un geste aimable pour démontrer son implication dans la reconstruction d’une vie meilleure pour la communauté des pêcheurs. »

De son côté, s’adressant aux familles de pêcheurs présentes en français, le directeur de MOL (Mauritius) Ltd a soutenu que « nous sommes conscients des dommages que cet incident vous a causé, et c’est pourquoi il était très important pour MOL de soutenir Caritas Maurice dans ce projet. Depuis le naufrage, nous apportons notre soutien partout où nous le pouvons, pour aider les communautés de la région Sud-Est et pour restaurer l’environnement ».

Patricia Adèle-Félicité a fait comprendre  que « plusieurs mois après le naufrage du Wakashio, la branche de Caritas à Bel-Air a constaté que plusieurs familles de pêcheurs de la région étaient toujours laissées pour compte, et vivaient des moments très difficiles. L’urgence était de trouver du matériel pour leur permettre de reprendre la mer après la réouverture, mais aussi de soutenir les enfants qui étaient nombreux à avoir des difficultés à l’école et d’aider ces familles à arrondir leurs fins de mois, tout en leur permettant de s’occuper pour ne pas rester à rien faire ».

La secrétaire générale  de Caritas se félicite surtout de l’engagement concret de MOL auprès de ces familles et de son engagement sur le terrain à travers un suivi régulier, ainsi que l’envoi d’experts pour assister les pêcheurs et les travailleurs sociaux de Caritas. « Ils n’apportent pas seulement leur financement, mais un vrai engagement sur le terrain. C’est très encourageant », précise Patricia Adèle-Félicité.   

Le programme de soutien visera surtout à offrir à ces familles les moyens de se sortir par elles-mêmes de la situation difficile dans laquelle elles se trouvent. Par exemple, les pêcheurs ont eux-mêmes fabriqué leurs casiers grâce aux matériaux qui leur ont été procurés, profitant ainsi de journées de travail rémunérées tout en s’équipant pour la reprise de la pêche.

Le MOL Charitable Trust a été établi le 21 juin dernier dans le but de soutenir les communautés du Sud-Est et de Maurice à travers d’autres projets sociaux ou environnementaux et le soutien à d’autres associations engagées dans la région. La fondation devrait continuer l’action de MOL dans la région durant les 5 à 6 prochaines années.