Le ministre de la Fonction publique, Vikram Hurdoyal, lors d’une rencontre avec les dirigeants de la State and Other Employees Federation (SOEF)

La publication du prochain rapport du Pay Research Bureau (PRB) est entre les mains du Prime Minister’s Office (PMO). C’est ce qu’a déclaré, lundi,  le ministre de la Fonction publique, Vikram Hurdoyal, lors d’une rencontre avec les dirigeants de la State and Other Employees Federation (SOEF). Ces derniers avaient rencontré le ministre pour tenter de savoir quand le prochain rapport du PRB sera publié et aussi pour discuter de plusieurs points affectant les conditions de travail des fonctionnaires.

À la suite de la réponse du ministre Vikram Hurdoyal à ce sujet, le président de la SOEF, Radhakrishna Sadien, a signifié son intention d’écrire au PMO pour savoir quelle suite a été donnée à la publication du prochain rapport. Cette fédération syndicale insiste sur le fait que le prochain rapport du PRB doit être appliqué avec effet rétroactif à compter de janvier 2020.

Au cours de la réunion d’hier, Radhakrishna Sadien a fait ressortir qu’il n’est pas satisfait avec les conditions dans lesquelles les employés des services publics ainsi que ceux du ministère de l’Éducation, de celui du Travail et des services de pompes à incendie sont appelés à opérer. De plus, il avance que « les employeurs ne font pas d’effort pour donner, à leur personnel, des équipements de protection durant cette période de COVID-19 ». Il ajoute : « Accorder des masques de protection aux travailleurs est important, car dans le monde, ce virus est désormais considéré comme une maladie professionnelle, étant donné qu’il affecte les gens sur leur lieu de travail. »

 Il fait aussi ressortir que la distanciation sociale « n’est pas respectée » dans les véhicules qui transportent les employés. Pour le syndicaliste, il y a un besoin urgent de faire un Risk Assessment de la situation sur le terrain. Il explique au ministre que, durant la période de confinement sanitaire, plusieurs femmes enceintes ont été appelées à reprendre le travail. « Cela n’est pas normal », souligne le syndicaliste. Dans l’immédiat, la SOEF demande au ministre de mettre en opération une Hotline pour enregistrer et résoudre les problèmes ayant trait aux conditions de service des fonctionnaires.

Le président de la SOEF a aussi profité de l’occasion pour exprimer sa crainte sur le projet du gouvernement, visant à réduire par 25% les dépenses des ministères dans le cadre de la préparation du budget. Cette intention vient à un moment où il y a un manque de personnel dans plusieurs secteurs. Il craint fort qu’une telle réduction mette en péril le programme de recrutement des fonctionnaires ainsi que la qualité de services offerts au grand public.

Le président de la SOEF a aussi exprimé son inquiétude du projet Human Resource Management Service (HRMS), qui a coûté Rs 422 millions et qui a été sévèrement critiqué dans le dernier rapport du bureau de l’Audit. Le gouvernement aura à injecter plus de Rs 200 millions dans ce projet pour le rendre viable. « Tout ceci n’est que du gaspillage des fonds publics », a-t-il fait remarquer au ministre.