- Publicité -

Front commun constitué pour réclamer la baisse des prix du carburant

L’Association des consommateurs de l’île Maurice (ACIM) a constitué un front commun, comprenant des syndicats, des ONG et d’autres membres de la société civile, dans l’optique de s’opposer à la hausse des prix du carburant et le « prix artificiellement élevé à Maurice ».

- Publicité -

« Nous allons maintenir la pression aussi longtemps que le gouvernement ne prendra pas des mesures pour baisser les prix de l’essence et du diesel », lance le secrétaire général de l’ACIM, Jayen Chellum.

La baisse des prix des carburants sur le marché mondial devrait se répercuter sur le marché local, précise-t-il. Ainsi, Jayen Chellum relève que le cours mondial du pétrole est en baisse depuis quelque temps.

« La semaine dernière, nous étions à USD 90 le baril. Avec le taux actuel des devises étrangères, on se retrouve dans une situation similaire à février 2022, où le litre d’essence était à Rs 61. Donc, le prix à la pompe aurait dû baisser par rapport au cours mondial et la valeur du dollar », fait-il comprendre.

Une réunion du front est prévue fin août pour entériner une décision collective sur la date et le lieu choisis pour un rassemblement public.

Jayen Chellum pointe du doigt la taxation, qui regroupe notamment, les « contributions » de   la Road Development Authority (RDA), organisme responsable du maintien de l’état des routes, ainsi que la taxe directe versée au Covid-19 Solidarity Fund et une deuxième, « to finance the cost of Covid-19 vaccines ».

Le syndicaliste réclame l’arrêt immédiat des Rs 2 imposées sur chaque litre du carburant pour financer l’achat des vaccins.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour