Photo archive

La promulgation des Central Water Authority (Dry Season) Regulations 2020 en inquiète plus d’un.  Salim Muthy condamne cette décision du gouvernement et avance que l’annonce d’une amende de Rs 50 000 à Rs 200 000 pour le gaspillage d’eau « causera du tort à la population ». Il a écrit une lettre en ce sens au ministre Joe Lesjongard, en vue de solliciter une renconre.

Le travailleur social est catégorique : il y a « bien d’autres solutions pour éviter le gaspillage d’eau que d’imposer une loi et des amendes ». Raison pour laquelle il sollicite une rencontre « urgente » avec le ministre des Utilités publiques à qui il réclame des explications sur cette législation. « Nous sommes en 2020. Alors que le gouvernement avait promis une fourniture d’eau 24/7, il vient avec une loi et des amendes contre le gaspillage d’eau. D’abord, le problème d’eau ne devait même pas se poser. Finalement, je constate que ce gouvernement a pris les mêmes initiatives que le gouvernement PTr », dit-il.

Salim Muthy déplore ainsi que le gouvernement ait dépensé « d’énormes sommes d’argent » pour des projets d’infrastructures qu’il qualifie « d’inutiles », comme le complexe multisport de Côte-d’Or, le projet Safe City et l’autopont. « Cet argent aurait pu être utilisé pour apporter des solutions au problème d’eau à Maurice et réaliser la promesse de fourniture d’eau 24/7 faite à la population. » Dénonçant « la façon de faire » du ministre Joe Lesjongard, il demande à la population de « sanctionner cette décision ».

« Le gouvernement a fauté et n’est pas en mesure de tenir sa promesse électorale, et aujourd’hui, c’est la population qui doit payer des amendes. Le gouvernement parle de fuites d’eau, entre autres. Par le passé, j’ai tenu des manifestations pour dénoncer des entreprises qui prenaient de l’eau illégalement de Mare-aux-Vacoas. Le Dr Rashid Beebeejaun était alors ministre des Utilités publiques. On avait découvert une source qui devait fournir l’eau dans la région de Rivière-du-Poste. Le ministre Beebeejaun avait alors déclaré qu’un “dam” soit construit afin que l’eau de cette source soit utilisée. D’ailleurs, des études de faisabilité avaient été lancées. Puis on n’a jamais plus entendu parler de ce projet », dit-il.

Selon Salim Muthy, « il existe bien d’autres solutions à ce problème » d’eau et à la période sèche que d’imposer une loi et des amendes « exorbitantes ». Il explique : « Il y a plusieurs projets que l’ancien gouvernement et l’actuel ont annoncé, mais qui demeurent des effets d’annonce à ce stade. Si le gouvernement décide d’investir dans les projets nécessaires, la population n’aura plus à souffrir. Je compte évoquer ces projets lors de notre rencontre avec Joe Lesjongard, si ce dernier accepte de nous recevoir. »