Photo illustration

«Pour que le pain maison soit profitable, il faut que celui-ci passe de Rs 2,60 à plus de Rs 3»

L’Association des boulangers de l’île Maurice (ABM) sollicite une rencontre avec le ministre du Commerce, Soodesh Callichurn. Objectif : justifier une demande d’augmentation de prix du pain à la suite de la dépréciation de la roupie et la hausse du prix du diesel de Rs 2 par litre.

Interrogé, hier, Nasser Moraby, président de la l’ABM, a expliqué que « cette rencontre est nécessaire pour expliquer pourquoi les boulangers ont besoin d’une majoration du prix du pain ». La dernière augmentation du prix du pain remonte à 2012. Depuis, les intrants ainsi que l’enveloppe salariale ont continué à augmenter « de façon constante avec le paiement de la compensation salariale annuelle ».

Il devait souligner que le gouvernement avait accordé quand même un petit soulagement en décembre dernier par rapport à une subvention sur le prix d’achat de la farine. Mais à partir de janvier de cette année « nous avons constaté que les prix des intrants avaient pris l’ascenseur et les finances sont à nouveau dans le rouge ». Selon Nasser Moraby, les boulangers ont, quand même, « tini tini » pour faire face à la situation.

« Mais avec la dévaluation de la roupie lundi dernier et la récente hausse du prix du diesel, les choses se sont corsées davantage », a affirmé le président de l’ABM. Il devait souligner qu’il a pris contact avec le ministère des Finances la semaine dernière pour une rencontre afin d’expliquer la situation, mais on lui a fait comprendre que c’est le ministère du Commerce qui s’occupe de ce dossier.

« Dès que nous allons obtenir un rendez-vous, nous allons préparer le dossier », a-t-il dit. Il devait souligner qu’en 2018 l’association avait fait une demande d’augmentation de prix par 10 sous. « Mais malheureusement, il y a eu par la suite les élections et le dossier est resté dans les tiroirs. Depuis, trois années se sont écoulées. Avec le départ de Yogida Sawmynaden, comme ministre du Commerce, le dossier est resté à nouveau en suspens. En 2018, la demande faite pour le prix maison était de Rs 3,30. Le pain maison se vend actuellement à Rs 2.60 l’unité, » ajoute-t-il.

Pour le moment, a dit Nasser Moraby, l’association ne peut pas avancer de chiffre officiel car elle doit d’abord rencontrer ses membres pour tout finaliser avec les comptables. Il devait aussi souligner qu’avec le confinement sanitaire, les boulangers avaient été contraints de ne pas vendre le pain directement au public. « Cette situation a joué négativement sur les finances des boulangers. Mais c’est la hausse du coût du transport du pain qui va augmenter », a-t-il souligné.

Les propriétaires des boulangers soulignent, pour leur part, que la situation « va de mal en pis en ce moment ». Ils disent constater une baisse dans la consommation du pain. « Avant, les consommateurs achetaient le pain le matin et dans l’après-midi. Maintenant, ils achètent le pain uniquement le matin. S’ils ont besoin de pain à nouveau, ils ne font que le réchauffer », a déclaré Sheik Fareed, propriétaire de la boulangerie Hugnin à Rose-Hill. Et d’ajouter qu’il dispose de trois fourneaux qui roulent au diesel. Avec la hausse du prix du diesel, les choses vont mal financièrement

« Ces fourneaux utilisent en moyenne 2 740 litres de diesel pendant une vingtaine de jours. Avec une augmentation de Rs 2 sur le litre de diesel, c’est une somme conséquente qui est impliquée », a-t-il fait ressortir. Pour lui, pour que le pain maison soit profitable pour un boulanger, il faut qu’il soit vendu à plus de Rs 3. D’autres propriétaires de boulangerie partagent son avis à propos de la nécessité de majorer le prix du pain maison car la dernière augmentation date d’une dizaine d’années.