- Publicité -

Opération Lakaz Zarenye : une offensive contre Sherry Singh « kwizine » à la FIU

L’ancien CEO de MT et ses proches, dont sa fille mineure, figurent sur une liste de 25 personnes « who benefited from the crime committed » dans le viseur depuis novembre dernier Des sources avisées laissent entendre qu’une récente tentative d’obtenir un Restraining Order d’un juge de la Cour suprême aurait essuyé un revers

Une offensive contre l’ancien Chief Executive Officer (CEO) de Mauritius Telecom Sherry Singh est sur le point d’être « kwizine » au niveau de la Financial Intelligence Unit. C’est ce qu’on laisse entendre depuis ces derniers jours dans des milieux informés des services financiers, notamment du côté de l’Enforcement Authority. D’ailleurs, une correspondance officielle de la FIU émanant de l’Asset Recovery Investigation Division (ARID) confirme le fait que l’ex-Top Chef de Lakwizinn et ses proches, dont sa fille mineure, figurent bel et bien dans le viseur des autorités. Un exercice d’Asset Tracing a été entamé depuis novembre dernier auprès des institutions financières compétentes à l’effet que l’ancien No 1 de la Telecom Tower ainsi que 24 autres personnes auraient « benefitted from the crime committed », sans aucune information ou autres détails au sujet des délits présumés.

- Publicité -

Depuis ces derniers jours, des sources avisées laissent entendre qu’une tentative de la FIU d’obtenir un Freezing Order contre un groupe de personnes, d’un juge de la Cour suprême, aurait échoué. La correspondance, datée du 8 novembre 2022, soit quatre jours après l’arrestation de Bruneau Laurette à son domicile, à Petit-Verger, Saint-Pierre, par la PQH Special Striking Team (SST), atteste des intentions de l’Asset Recovery Investigation Division (ARID), tombant sous la juridiction de la FIU, avec notamment un Restraining Order déjà envisagé à ce moment-là.

La lettre de l’ARID, portant la référence ARID270/22/BL, indique que les affaires de pas moins de 25 personnes étaient sous la loupe et que, parmi elles, figurent Sherry Singh, ses proches, sa fille mineure ainsi que d’autres individus. La FIU met en avant dans ce document, qui a visiblement circulé en toute confidentialité dans des milieux très restreints, que « as part of an investigation in terms of the Asset Recovery Act (ARA), it is our statutory duty to trace all the assets of the persons mentioned in paragraph 1 and other parties who benefited from the crime committed ».

Or, depuis sa démission de la Telecom Tower, le 30 juin dernier, l’ex-Top Chef de Lakwizinn n’a jusqu’à présent nullement été inquiété par les autorités d’enquête du pays, que ce soit par la police ou l’Independent Commission against Corruption (ICAC). Ce match à distance entre Sherry Singh et le pouvoir s’inscrit en effet dans le cadre de l’opération Lakaz Zarenye, expression utilisée par Pravind Jugnauth le 26 août 2022 à Quartier-Militaire lors d’une tournée politique à travers l’île.

De son côté, la FIU, à travers l’ARID, avancerait depuis novembre dernier qu’elle a de « reasonable grounds for suspecting that any property in the possession or under the control of the person mentioned in paragraph 1 is proceeds and that the person has derived a benefit from an unlawful activity ». L’Enforcement Authority aurait aussi attiré l’attention des institutions financières sur le fait qu’elle envisageait de solliciter un Restraining Order de la Cour suprême, selon les dispositions de l’article 9 de l’Asset Recovery Act, sur les biens des 25 personnes ciblées. L’autorité financière a depuis novembre dernier sollicité l’assistance des institutions financières sous le couvert de l’article 48 de l’ARA, « in providing this office with full information as to whether the person/s mentioned in paragraph 1 hold/s or has/have held any account/s and/or any banking product or services and/or any dafe deposit locker/s with your instruction solely or jointly with another person/s with any entity/ies and full records of such particulars, relating to the account/s or banking product or services and or safe deposit locker/s and its/their holder/s ».

Ce document de la FIU de l’année dernière est remonté à la surface ces jours-ci après la tentative avortée pour un Restraining Order contre un groupe de personnes auprès d’un juge de la Cour suprême, siégeant en référé. Des milieux concernés dressent un parallèle entre une offensive qui serait « kwizine » contre Sherry Singh à la FIU et le lancement de One Moris, avec l’activiste politique Bruneau Laurette rejoignant cette plateforme sociopolitique.

Mais il y a quelques semaines, soit précisément le lundi 13 février, Kapil Reesaul, le CEO de MT, s’était rendu au QG de l’ICAC en compagnie de son homme de loi, Me Désiré Basset, Senior Counsel, pour une déclaration à la lumière du Forensic Audit conduit en août dernier par des Américains de FTI Consulting sur les contrats ratifiés par la société de télécommunications sous Sherry Singh.

Une nouvelle étape de l’affrontement politique entre Pravind Jugnauth et Sherry Singh serait-elle sur le point d’être enclenchée ? Affaire à suivre…

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour

- Publicité -