Photo d'illustration

La Mauritius Health Employees Union (MHEU) dénonce un « relâchement total » à l’hôpital de Moka et l’absence d’un protocole précis à adopter suite à un cas positif au Covid-19. Le président, Amarjeet Seetohul, pointe le manque d’actions alors même que, la semaine dernière, le syndicat avait prévenu contre une détérioration de la situation. Il dénonce vivement le fait qu’un membre du personnel soit venu travailler lundi après avoir été en contact avec un cas positif samedi. Ce qui a eu pour conséquence la contamination d’un employé.

« Lors d’une conférence de presse, la semaine dernière, nous avions mis en garde contre une possible détérioration de la situation si aucune action n’était prise. Et voilà que lundi, après avoir été en contact avec un cas positif, un employé est venu sur son lieu de travail. » Amarjeet Seetohul se dit « outré » face à ce qu’il considère comme étant un « relâchement », alors que le nombre de cas de Covid-19 explose dans le pays, dit-il. Il pointe du doigt « la mauvaise gestion de la direction ».

Il fait ressortir que « l’employé en question aurait dû rester en auto-isolement » pendant au moins sept jours. « Or, il est venu au travail lundi et a eu contact avec tout le monde. Ce n’est qu’après mon intervention que le directeur a décidé de l’envoyer en auto-isolement. » Pour le syndicaliste, il est plus que nécessaire de définir un protocole précis pour une telle situation.

Le syndicaliste dénonce les tests rapides utilisés par l’hôpital pour vérifier si une personne est positive au Covid-19 alors que la contamination peut prendre plus de sept jours avant de se déclarer.  C’est ainsi que le MHEU suggère que l’hôpital ne reçoive que 50% des patients. « Un patient qui doit faire une opération de la cataracte, par exemple, peut attendre. Cela ne mettra pas en péril sa vie, alors que le virus, oui. Sur 40 patients par jour, on peut en prendre 20 pour ne pas contaminer la salle d’attente, déjà exiguë. »

Autre possible solution : utiliser les conteneurs qui font office de Covid Flu Clinic pour faire les admissions.

Pour Amarjeet Seetohul, il est « inconcevable » que l’hôpital « fonctionne comme si tout était normal ». Il poursuit : « Les cas de Covid nous montrent que nous allons vers une autre direction (…) Si aucune action n’est prise par la direction, nous irons vers une manifestation devant l’hôpital de Moka. Même les médecins sentent que la situation se dégrade et sont prêts à se joindre à nous pour la manif. »