« Nous avons trouvé un site alternatif et nous allons le suggérer au ministère concerné », a expliqué Sunil Somaroo, président du Conseil de district de Pamplemousses.

Contacté suite aux incidents survenus à Bois-Marchand le mercredi 7 septembre, il a soutenu s’être rendu sur les lieux pour un constat.

Evoquant qu’il est lui-même un habitant de Terre-Rouge, il a déclaré que « nous avons pris note des doléances et complaintes des habitants de la localité ».

Selon Sunil Somaroo, le site repéré serait un terrain non loin de l’incinérateur de Bois-Marchand, qui est « plus propice » à l’inhumation des personnes décédées de la Covid-19.

« Le cimetière de Bois-Marchand ne nous appartient pas. Nous avons simplement suivi les consignes données. Maintenant, nous comptons suggérer un autre site. Il reviendra au ministère de le prendre en considération », a plaidé le président du Conseil de district.

Pour rappel, des incidents sont survenus à la mi-journée hier à Bois-Marchand. L’enterrement d’un patient décédé de la Covid-19 a été perturbé par des habitants mécontents. D’ailleurs, la police a été mandée sur les lieux pour maîtriser la situation.

Les habitants de Bois-Marchand ne souhaitent pas que ceux décédés du virus soient enterrés à proximité de leurs maisons.