Photo illustration

Le jeûne qui culminera avec la célébration du Ram Navmi (la naissance du Dieu Ram), le 21 avril prochain, a débuté mardi dans l’intimité familiale en raison de la pandémie de Covid-19. Comme l’année dernière, en raison du confinement et des mesures sanitaires mises en place par les autorités, les dévots devront donc se contenter d’offrir des prières à la maison, sur l’autel familial, et d’éviter les rassemblements de masse afin d’éviter la transmission du virus mortel.

Kunal Caullychurn, secrétaire de l’Hindutva Movement, explique : « Nous vivons cette année une situation exceptionnelle, avec les cas positifs à la Covid-19 qui ne cessent d’augmenter. Situation sanitaire oblige, c’est la deuxième année consécutive que nous observons le jeûne du Ram Navmi confinés chez nous. Nornalement, la naissance du Dieu Ram est célébrée en grande pompe avec la récitation de versets védiques, des chansons folkloriques (la lalna) et le “maha aarti” à midi, le jour de la fête. » Selon lui, dans certains temples, les prêtres continuent, aidés de volontaires, à offrir des prières dédiées au Dieu Ram, mais les rassemblements de masse restent toutefois interdits.

Les dévots se regroupent entre proches pour chanter les louanges du Dieu Ram et lire et interpréter les versets du Ramcharitmanas entre les membres de la famille. Bref, « l’occasion de consolider la cellule familiale et de resserrer les liens familiaux », estime Kunal Caullychurn. Les enfants ont ainsi l’occasion de prendre connaissances des valeurs morales contenues dans le Ramayana, principes visant « à nous mener sur le droit chemin ». D’autant que la technologie digitale – télévision, cellulaires, Youtube et autres interactions numériques – entre les grands érudits du Ramayana permet aux jeunes de vivre une nouvelle expérience.

Il faut rappeler qu’à l’époque de l’immigration indienne, nos ancêtres, après une journée de dur labeur dans les champs, se regroupaient pour lire les livres sacrés, dont le Ramayana, et s’inspiraient de l’esprit de dévouement, de sens du sacrifice et des souffrances endurées par le Dieu Ram pendant son exil de 14 ans dans la forêt. Comme un fils exemplaire, et n’étant pas assoiffé de pouvoir, Ram aurait en effet préféré partir en exil avec son épouse Sita et son frère Lukshmun dans la forêt.

Cette histoire a donné du courage à nos ancêtres durant les périodes de grandes difficultés. Kunal Caullychurn confie ainsi que le retour du Dieu Ram à Ayodhya était une délivrance contre le mal et a donné un nouveau souffle à l’humanité. Aussi, les valeurs contenues dans le Ramayana ont toutes leur pertinence dans le monde d’aujourd’hui.
« La Ramayana enseigne l’humilité, la simplicité, la sincérité ainsi que les valeurs ancestrales et morales, que les avancées technologiques ont tendance à négliger. Les valeurs sont effritées aujourd’hui, d’où un nécessaire retour aux sources. »