Si le budget prévoit quelques milliards pour l’environnement et le développement des énergies renouvelables, il reste néanmoins un fait que le citoyen a aussi un grand rôle à jouer. Si la terre a en effet pu respirer pendant un certain temps, soit durant la période de confinement, certaines mauvaises habitudes ont la dent dure. Les Mauriciens ont été nombreux à avoir posté sur les réseaux sociaux des photos de rues tapissées de masques et gants en plastique usagés. Des nouveaux polluants qui sont devenus la cible des autorités.

Si en France l’on a annoncé une grande campagne de sensibilisation quant à ces nouveaux polluants, à Maurice, l’on abonde dans le même sens. Bien conscient de l’ampleur que prend ce problème, le ministère de l’Environnement avance que la campagne sera renforcée à Maurice aussi. Par ailleurs, ce sujet fera l’objet d’une question parlementaire.

« Le public est déjà sensibilisé à l’effet que les masques et gants usagés doivent être placés dans des poubelles en toute sécurité et ne doivent pas être jetés au hasard dans les lieux publics ou dans la nature. Nous allons bien sûr renforcer notre campagne de sensibilisation sur la méthode d’élimination des masques et des gants usagés d’une manière respectueuse des normes à la fois sanitaires et environnementales », avance-t-on du côté du ministère.

À savoir que dans le cadre de la journée de l’environnement qui a été célébrée vendredi et qui a pour thème cette année la biodiversité : le temps pour la nature, une série d’activités seront organisées. Ainsi, sont prévus l’amélioration des parcours de santé au Dauguet, à Camp Thorel, Bassin (Quatre-Bornes), la Citadelle et Roche Noires ; des travaux de nettoyage et d’embellissement seront effectués ; le reboisement de la Priest Peak (Port-Louis) ; l’embellissement de la rue Jemmapes à Port Louis ; le verdissement et l’aménagement paysager des bords des autoroutes M1 et M2 et les accès latéraux. Une campagne de sensibilisation sera aussi entreprise.