« Law is on air », telle sera la nouvelle devise du bureau du Directeur des Poursuites publiques à partir du mois prochain. Ce contenu audionumérique intitulé « La Poudrière Voice » comprendra plusieurs informations légales qui seront disponibles chaque mois sur le site Web du bureau du DPP. Les avocats discuteront, sur une base mensuelle, de questions juridiques qui concernent la population.

Destinée à la population en général, cette initiative vise à donner plus d’accès au droit. « The ODPP has always tried to be closer to its readers, and to the population in general by demystifying many legal concepts and giving an overview of recent judgments, whether by way of case summary or by commentary in creole in our ODPP video clips », écrit l’équipe rédactionnelle de l’ODPP, dans sa “newsletter” publiée il y a quelques jours.
Dans le cadre de leurs stratégies de communication et de référencement, les avocats du parquet souhaitent apporter un plus à travers cette démarche. Le Podcast sera lancé par le DPP même, Me Satyajit Boolell, SC le mois prochain. Les thèmes de droits constitutionnels y seront abordés. La “newsletter” du DPP pour ce mois-ci fait aussi état du lien entre les délits environnementaux et de blanchiment d’argent. Animé par Me Shaaheen Inshiraah Daureeawoo, cet article parle des aspects de poursuite en matière des délits liés à l’environnement.

« For a successful prosecution of environmental crimes and money laundering offences there is a need for: a) a worldwide consensus on the definition of environmental crime, b) laws and regulations of various jurisdictions concerning environmental crimes need to be uniform otherwise it becomes challenging for the authorities concerned. In fact, in a variety of countries, criminals are changed for the environmental crime they committed but not for the aspects regarding money laundering that are connected to traders and resellers. c) customer due diligence: Firms need to take steps to accurately verify the identities of their customers and the nature of their business relations », dit l’avocate.

Par ailleurs, le bureau du DPP avait organisé un atelier de travail sur la “gender-based violence” au travail. Animé par l’ex-juge et l’ex-vice-présidente de la Sex Discrimination Division de la National Human Rights Commission, Vydia Narayen, cette rencontre a permis de faire un constat du nombre de personnes victimes de ce genre d’abus sur le lieu de travail. « The onus is on the employer to ensure a safe working environment for all of the employees to prevent situations where sexual harassment can occur. Seating arrangements in an office environment are important to prevent sexual harassment. All staff should be educated on such policy and procedure to approach the HR department at work in case of violence at work », a déclaré l’ex-juge.