- Publicité -

Jusqu’au 17 décembre : 2 dernières semaines de cours en ligne avec des enseignants à bout de souffle

Les étudiants et les enseignants sont entrés dans la dernière ligne droite du deuxième trimestre à partir de cette semaine. Dans 15 jours, ce sera techniquement les vacances. Toutefois, contrairement aux fins de trimestre, il n’y a eu ni examens, ni contrôle, donc pas de Report Books. Un grand regret pour certains qui comptaient sur ces épreuves pour une évaluation avant les examens de fin de cycle en avril prochain. Du côté des enseignants, c’est l’épuisement après un long trimestre et des heures derrière un ordinateur. Sans compter toute la paperasse qu’ils doivent aussi soumettre pour les cours en ligne.

- Publicité -

Ce trimestre prend fin comme il avait commencé : par des cours en ligne. En juin dernier, le ministère de l’Éducation avait opté pour deux semaines de travail à distance, avant de relancer les cours en présentiel avec un emploi du temps alterné. Les prochaines vacances, qui commencent d’ailleurs tardivement, après la décision du ministère de rallonger le trimestre de deux semaines pour le rattrapage, sont donc attendues avec impatience. Tant du côté des étudiants que des enseignants.

Une enseignante, chef de département dans un collège d’État régional, confie ses difficultés face à la situation. « Nous sommes au bord du Burn Out. Déjà les conditions de travail étaient difficiles en présentiel avec les cas positifs et les décès parmi les enseignants. Ensuite, le trimestre a été rallongé de deux semaines et finalement, nous nous retrouvons toute la journée derrière un écran », déclare-t-elle.

Le plus dur, confie-t-elle, c’est de savoir où sont les enfants qui ne se connectent pas et faire remonter l’information au ministère. « Avant de commencer une classe, il faut s’assurer que tout le monde soit présent. Si quelqu’un est absent, on essaye de le contacter ou on demande aux autres enfants de le chercher », dit-elle.

Et puis, ajoute-t-elle, il y a tout le travail administratif venu se greffer au rôle de l’enseignant. « Il faut remplir les fiches à soumettre au ministère. En tant que chef de département, je dois aussi être derrière les enseignants pour avoir leurs fiches et de l’autre côté, j’ai le recteur sur mon dos. »

La fin des cours sonne donc comme un soulagement pour les enseignants. « Figurez-vous qu’il y a des parents qui suivent les cours en ligne et qui enregistrent même. C’est comme si vous êtes sous surveillance », fait-elle ressortir.

Il y a beaucoup d’interrogations également concernant les absents. Surtout ceux ayant des difficultés d’apprentissage. « Déjà en présentiel c’est difficile d’accrocher leur attention. Au troisième trimestre, si jamais on reprend en présentiel, il faudra prévoir des Remedial Classes. En même temps, il y a le syllabus à compléter », concède-t-elle.
Se référant à la déclaration de la vice-Première ministre et ministre de l’Éducation, à l’effet que 85% d’étudiants suivent les cours en ligne, l’enseignante précise que la réalité est différente dans certains collèges régionaux.

Du côté des étudiants, la fin du deuxième trimestre est aussi attendue avec impatience. Sauf pour ceux qui ont leurs examens de SC et de HSC en avril 2022. À ce titre, ces étudiants regrettent qu’il n’y aura pas de notes du deuxième trimestre. Ce qui leur aurait permis de se situer.

Sollicité à ce sujet, un recteur affirme qu’effectivement, il n’y aura pas de Report Book, car il n’y a pas eu de contrôles. « Généralement, nous avons trois tests dans un trimestre ; Mais avec la situation, cela n’a pas été possible », reconnaît-il.

Si la situation évolue, ces futurs candidats de SC et de HSC pourront faire leur Mock Exams en janvier. Mais rien n’est sûr avec la situation sanitaire qui ne s’améliore pas pour le moment. C’est le grand flou également pour les candidats du National Certificate of Education (NCE). Alors que la ministre avait annoncé un Deloading du programme au début du trimestre, les enseignants n’ont toujours pas été avisés quels sont les chapitres qui ne seront pas pris en considération pour les prochains examens.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour