Le comité institué sur le cannabis médical fera ses recommandations dans trois à quatre mois. Toutefois, son utilisation éventuelle prendra plus de temps, car il faudra faire les amendements nécessaires à la Dangerous Drugs Act et élaborer un nouveau cadre légal. C’est ce qu’a laissé entendre le ministre de la Santé, le Dr Kailesh Jagutpal, après que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a reconnu les propriétés médicales du cannabidiol, l’une des composantes du cannabis.

Répondant à une question du Mauricien sur l’utilisation médicale du Cannabis, suivant l’avis favorable de l’OMS, le Dr Kailesh Jagutpal a rappelé qu’un comité a été institué et que des recommandations seront faites à ce sujet. Il a tenu toutefois à bien faire la différence entre les différentes composantes du cannabis par rapport à la position de l’OMS. « Il faut savoir qu’il y a différentes composantes du cannabis. Il y a le cannabidiol et le tetrahydrocanabinol (THC). Celui-ci est connu pour ses effets addictifs, alors que le cannabidiol est connu pour ses propriétés médicales. L’OMS s’est prononcée à ce sujet et nous sommes en train de travailler pour voir comment c’est applicable. »

Le ministre a tenu à rappeler que le cannabis est illégal à Maurice, car étant classé parmi les drogues dangereuses. Son utilisation, même dans un contexte médical, nécessitera donc des amendements à la loi. « Le cannabis est un produit illicite. Il faudra trouver les moyens pour que le cannabidiol ne soit pas classé ainsi. Il faudra surtout un cadre légal approprié pour que l’utilisation soit contrôlée. Cela afin que les patients qui doivent y avoir recours puissent faire leurs traitements dans les meilleures conditions. »
Il a ajouté que c’est un travail qui demandera du temps, étant donné qu’il faudra amender la loi et mettre en place les structures appropriées pour le contrôle. « Le comité y travaille déjà. On m’a fait comprendre que nous aurons les recommandations dans trois à quatre mois. Il faudra par la suite passer par une “policy decision” avant d’aller de l’avant avec l’utilisation médicale du cannabidiol. »

Par ailleurs, le Dr Jagutpal s’est aussi prononcé sur l’utilisation des vaccins contre la COVID-19. Selon lui, il ne faut pas se précipiter. « Les pays qui ont démarré la vaccination n’avaient pas le choix, étant donné le nombre de cas et de morts qu’ils continuent à enregistrer chaque jour. Ces pays ont été contraints de brûler certaines étapes pour commencer la vaccination. À Maurice, le contexte est différent. Mais cela n’empêche que nous devons nous y préparer également », a-t-il fait ressortir.

De plus, souligne le ministre de la Santé, plusieurs vaccins ont été validés à ce jour. À savoir celui de Pfizer, Moderna et Gamaleya, entre autres, sans oublier le vaccin qui est actuellement développé par le Serum Institute of India. « Nous attendons de voir s’ils vont tous passer les différents critères. Toujours est-il que nous avons déjà contacté ces laboratoires dans l’éventualité où nous devions faire venir ces vaccins. Car il y a des procédures à respecter. Nous attendons donc l’évolution avant de savoir dans quelle direction nous allons. »