- Publicité -

La CTSP réclame 15 jours de plus pour la Booster Dose

Après la State and Other Employees Federation (SOE), c’est au tour de la Confédération des Travailleurs des Secteurs public et privé (CTSP) de réclamer le report de la date butoir du samedi 15 janvier pour les Fully Vaccinated (FV) de Kailesh Jagutpal avec la Booster Dose.

- Publicité -

Rencontrant la presse, cette semaine, au centre social Marie Reine de La Paix, à Port-Louis, Reaz Chuttoo, président de la CTSP, a affirmé qu’il ne pourra pas blâmer les gens s’ils ne parviennent à se faire administrer cette troisième dose à temps.

L’intention de la population est bonne car les Vaccination Centres sont bondés et les gens bravent les intempéries pour se faire administrer cette Booster Dose.

« Le gouvernement dans sa sagesse doit étendre le délai pour se faire vacciner pour être reconnu comme Fully Vaccinated. Il serait approprié d’étendre ce délai de quinze jours supplémentaires », a déclaré le syndicaliste. Il rappelle qu’en l’absence de l’introduction d’un Covid Leave les salariés vont devoir s’absenter au travail pour aller se faire vacciner. L’employeur va déduire un jour de congé payant pour chaque jour d’absence sur le lieu du travail, déclare de son côté Jane Raggoo, secrétaire générale de la CTSP en s’interrogeant sur des cas de complications post-vaccin pour les salariés.

Pour Jane Raggoo, le gouvernement doit reconnaître que le Covid est devenu une maladie professionnelle qui peut être attrapée sur son lieu de travail. « Même si lors de la dernière rencontre avec le ministre Soodesh Callichurn, ce dernier a exprimé le souhait d’étudier la demande d’introduction d’un Covid-Leave, toujours est-il que de nombreux travailleurs continuent à perdre leurs congés de maladie. Est-ce que le Covid Leave aura un effet rétroactif ? Nous ne savons pas pour le moment. Nous lançons donc un appel urgent au gouvernement pour introduire le Covid-Leave », dit-elle.

Il faut aussi que les employeurs continuent à offrir des équipements de protection sur les sites de travail d’après les dispositions de l’Occupational Health and Safety Act, souligne-t-elle avant d’ajouter « nous, à notre niveau, continuons à demander à nos membres de se faire vacciner. Les employeurs auraient dû également assumer la responsabilité d’organiser la vaccination pour leurs employés. »

D’autre part, la secrétaire générale de la CTSP avance que même si les lois du travail permettent à un employé d’être syndiqué, dans la pratique tel n’est pas véritablement le cas. Elle devait citer Metro Express et l’hôtel Oberoi où des travailleurs ont été réprimandés pour avoir fait partie de la CTSP. « Cette confédération ne va pas lâcher prise et pourrait organiser une manifestation devant les deux institutions précitées », a-t-elle fait ressortir.

Par ailleurs, les dirigeants de la CTSP ont évoqué la signature d’un récent accord entre le Beijing Construction Engineering Group (Mauriius) et la Construction Metal, Wooden and Related Industries Employees Union, portant sur la fin de la grève de quelque 400 ouvriers étrangers en ce début d’année.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour