Photo illustration

La station de Moka privée de ses redevances mensuelles, faute de factures du CEB depuis deux mois

L’effet domino est noté dans des corps para-étatiques, jadis des joyaux de la couronne. Alors que les yeux sont tournés vers la mise sous administration volontaire de la compagnie aérienne nationale, Air Mauritius, pour Insolvency, et la dégringolade de la profitabilité de la State Bank of Mauritius (SBM) pour une mauvaise gestion au coût exorbitant de Rs 7,7 milliards en trois ans, cela sans compter Airports of Mauritius Limited (AML), une autre Frontline Public Institution, soit la MBC, se trouve en situation de détresse financière.

Deux raisons sont avancées par la direction de la radio et de la télévision nationale, en l’occurrence les recettes publicitaires en baisse avec la pandémie de COVID-19 et le « non payment of licence fees done yet by the Central Electricity Board ». Dans cette conjoncture, la MBC n’aura d’autre choix que d’aller frapper à la porte de l’Hôtel du gouvernement pour un ballon d’oxygène.

C’est ce qui ressort d’une séance de travail en fin de semaine dernière entre la direction de la MBC et les représentants de la Mauritius Broadcasting Corporation Staff Association. La consigne de la direction est axée sur un « proper planning of how to cut down on operation costs » dans les différents départements en vue d’éviter des licenciements. Un des points faibles dans la gestion de la station de radio et de télévision – comme tel est le cas chez Air Mauritius et la State Bank of Mauritius –, demeure les « allocations généreuses » versées à des privilégiés même si le rapport du Pay Research Bureau soutient que « no allowance should exceed three increments ».

Avec les coupures envisagées sur le plan des allocations et autres Fringe Benefits, sur proposition du syndicat, la direction de la MBC a pris l’engagement d’approcher la Mutual Aid pour une période moratoire pour le remboursement de prêts par des employés avec des salaires inférieurs à Rs 25 000 par mois.

Alors que la directive du ministère des Finances est de réduire les dépenses de l’ordre de 17% pour le prochain exercice financier, la MBC lorgne du côté de 25% à cet effet.
Affaire à suivre…