- Publicité -

L’Agence française de développement : 80 ans à œuvrer pour un monde en commun

L’Agence française de développement (AFD) a soufflé, jeudi, ses 80 bougies. Partenaire privilégié de Maurice depuis bien des années et de plusieurs pays du monde, dont les Seychelles, La Réunion, Mayotte, Madagascar, Comores, les Terres Australes et Antarctiques. Retour sur cette longue amitié entre la France et ses pays partenaires. L’AFD est engagée dans plus de 4 000 projets sur le terrain, dans 115 pays et dans les territoires en crise, pour les biens communs — le climat, la biodiversité, la paix, l’égalité femmes-hommes, l’éducation ou encore la santé.

- Publicité -

Fondée par le Général de Gaulle le 2 décembre 1941, l’AFD a « conservé notre esprit d’humanisme au service de la lutte contre les inégalités dans le monde et les dérèglements environnementaux. Voilà près d’un siècle que nous accompagnons, au plus près du terrain, des actions solidaires partout dans le monde, pour et avec les autres. » Croyant fermement dans l’avenir d’un « monde en commun », l’AFD rappelle « l’urgence du temps présent nous appelle à établir collectivement une nouvelle coopération, fondée sur l’écoute, l’engagement et l’entraide, seules réponses durables aux maux dont souffrent nos sociétés. »
Très présente dans l’océan Indien, l’agence travaille aux côtés des acteurs clés des secteurs de la santé, la paix et stabilité, la lutte contre le changement climatique et la biodiversité. Ainsi, aux côtés de la Commission de l’Océan Indien (COI), l’AFD a soutenu des projets tels que le réseau de surveillance épidémiologique SEGA One Health qui a pour but d’améliorer la santé des populations des États membres (Comores, France, Madagascar, Maurice, Seychelles). « Le réseau Sega One Health est le bras armé de la COI. Il est composé d’environ 300 professionnels de santé, qui sont issus des départements ministériels des États membres de la COI. Le réseau SEGA déploie ses interventions selon différentes thématiques : la formation, le changement climatique et la santé, les risques vectoriels, la surveillance aux frontières et les réseaux de laboratoire pour renforcer les capacités de diagnostics », indique Harena Rasamoelina, coordinateur Unité Veille Sanitaire à la COI.
Et pour soutenir la résilience sanitaire des États, l’AFD avec la COI ont mis en place des projets de résilience des écosystèmes côtiers et HYDROMET. « À l’échelle nationale, nous intervenons en promouvant un cadre de gouvernance publique plus résilient et plus protecteur, en soutenant les filières durables de l’économie bleue, verte et circulaire et en accompagnant la transition juste. À titre indicatif, nous accompagnons les banques locales afin de soutenir des projets d’investissements durables à travers l’octroi de lignes crédit vertes dans le cadre du programme SUNREF. Nous travaillons aussi avec le Central Electricity Board (CEB) pour moderniser son réseau et promouvoir les énergies renouvelables. En complément, nous avons mis à disposition des autorités mauriciennes la Facilité Adapt’Action pour les appuyer dans la révision de leur Contribution Déterminée Nationalement et, de manière plus globale, les accompagner dans leur trajectoire de résilience. »
Par ailleurs, l’AFD a signé avec le gouvernement mauricien « un prêt de contingence pour faire face aux urgences sanitaires, économiques, sociales et climatiques causées par la pandémie de la Covid-19. Et aujourd’hui, nous continuons d’appuyer les autorités mauriciennes pour améliorer la prévention des risques de catastrophes naturelles et sanitaires. »

Dates à retenir
1941 : Création de la Caisse centrale de la France Libre (CCFL) par le général de Gaulle à Londres, alors que sévit la Seconde Guerre mondiale. Cette institution financière est à la fois un Trésor public, une banque centrale et une banque de développement des territoires ralliés.
1977 : Création de la filiale PROPARCO, dédiée au secteur privé, afin de soutenir les entrepreneurs locaux, nationaux ou Français, qui souhaitent porter des projets dans des pays en développement, notamment africains.
1998 : La CFD devient l’Agence Française de Développement (AFD). Dans le cadre de la réforme de la politique de coopération de la France, elle est désignée comme opérateur principal de l’aide française au développement, sous la double tutelle du ministère des Affaires étrangères et de celui de l’Économie et des Finances.
2003 : Le champ d’intervention de l’AFD s’ouvre à des pays émergents. À titre expérimental, l’AFD est autorisée à intervenir en Chine et en Turquie.
2009 : Le gouvernement attribue à l’AFD la mission de financement des initiatives des organisations de la société civile (OSC) françaises ou internationales, jusqu’alors gérée par le ministère des Affaires étrangères.
2016 : L’état renforce l’action de l’AFD, qui fête ses 75 ans . La France augmente son budget pour l’aide au développement : 4 milliards d’euros supplémentaires d’ici 2020, dont 2 milliards pour le climat.
2020 : Le groupe AFD accompagne plus de 4 000 projets.
2021 : Le groupe AFD s’élargit et intègre Expertise France, l’agence publique de référence de la coopération technique internationale française.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour