Trente-six régions du pays ont été décrétées comme étant des zones à risque par la Land Drainage Authority (LDA) et peuvent donc mettre en danger la vie humaine en cas d’inondation. Le Conseil des ministres de vendredi dernier a d’ailleurs pris note de cette liste “high-risk and flood prone areas” de la LDA. Celle-ci poursuit son étude et pourrait rajouter environ une vingtaine d’autres endroits à cette liste dans pas longtemps, laisse-t-on entendre.

Selon le ministre des Infrastructures nationales et du Développement communautaire, Bobby Hurreeram, une enveloppe de Rs 4,6 milliards sera décaissée afin d’entamer des travaux urgents dans ces régions concernées par ce “mapping” de la LDA. D’autant plus que la LDA a déjà procédé à l’évaluation de ces endroits, confirmant ainsi que la qualité de la vie et de l’environnement peut être sérieusement compromise en cas de grosses averses s’abattant sur le pays. L’objectif fixé est de pouvoir entamer les travaux requis dans ces endroits d’ici juin 2021.

À la requête de la LDA, la National Development Unit a enclenché des procédures urgentes pour régler les problèmes dans les 36 régions identifiées, chacune d’elles ayant des spécificités différentes. Une attention particulière sera toutefois accordée aux régions les plus habitées, font comprendre les autorités responsables de ce suivi.

Pour ce qui est de la préparation du Land Drainage Masterplan et de la mise en opération de la LDA, les autorités ont bénéficié de l’assistance technique de l’Agence française de développement. Un comité de coordination a été mis en place pour l’entretien des drains et pour coordonner les problèmes de maintenance. La LDA a aussi investi dans l’autonomisation des autorités locales grâce à la fourniture de machines et d’équipements au coût de Rs 75 millions pour l’entretien des égouts, rivières et canaux. L’institution a aussi signé un Memorandum of Understanding avec le Mauritius Research Council et les services météorologiques de Maurice pour le partage d’informations et le renforcement des capacités d’analyses.

La liste des 36 régions se décline comme suit :

1) Vallée-Pitot ; 2) Tranquebar ; 3) Centre de Port-Louis ; 4) Morcellement La Vallée Le Cornu Sainte-Croix ; 5) Canal Anglais ; 6) Cité Richelieu ; 7) Fond du Sac ; 8) L’Amitié ; 9) Cité EDC-Cottage ; 10) La Paix, Piton ; 11) Cité Roma Riche-Terre ; 12) Morcellement Raffray et Tara, Terre-Rouge ; 13) Belle Source, Pamplemousses ; 14) Kestrel Lane, Terre-Rouge ; 15) Cité Nelson Mandela, Terre-Rouge ; 16) Baie du Tombeau ; 17) Camp La Cloche, Pointe-aux-Piments ; 18) Petite-Julie ; 19) Camp Thorel ; 20) Poste-de-Flacq, Allée Mangues ; 21) Poste-de-Flacq ; 22) Bramsthan ; 23) Trois Boutiques ; 24) Plaine-Magnien ; 25) Mare-Tabac ; 26) Nouvelle-France ; 27) Gébert, Gros Billot, New Grove ; 28) La Flora ; 29) Cité La Ferme, Bambous ; 30) Morcellement Chazal, Flic-en-Flac ; 31) La Louise, Quatre-Bornes ; 32) Avenue Berthaud, Quatre-Bornes ; 33) Canal Alliman ; 34) ; Grand La Fourche Mangues, Rodrigues ; 35) Port-Mathurin et ; 36) Baie-Malgache.