- Publicité -

Le MTUC rend hommage à Rashid Imrith

Dewan Quedou, président du Mauritius Trade Union Congress (MTUC): « De caractère amiable et calme, il a su néanmoins se faire entendre lors des négociations avec les employeurs. » .

- Publicité -

« J’ai eu l’occasion de travailler avec lui lors de quelques marches de protestation, mais surtout lors de la grève de la faim du camarade Atma Shanto. Je peux dire que Rashid a été le point central des négociations qui ont conduit à une situation gagnant-gagnant pour les travailleurs en grève », dit-il. Certes, le MTUC « n’était pas toujours d’accord sur certaines questions » quand il s’agissait de l’unité des travailleurs ou du Conseil des syndicats, poursuit-il. « Cependant, nous avons convenu de ne pas être d’accord de sorte qu’il y ait rarement une confrontation directe avec lui. Notre relation avec sa confédération était restée cordiale et civilisée, contrairement aux autres syndicalistes. »

FAYZAL ALLY BEEGUN : “Enn konbatan sinser ki zame zet zarm”

« Je pleure la perte immense d’un grand syndicaliste, d’un humain entier et d’un membre de ma famille. C’est un combattant sincère qui ne baissait jamais les bras ! D’ailleurs, que ce soit dans ses combats pour les employés du service civil ou les corps paraétatiques, que ce soit pour sa maladie, ce qu’on retient de cet homme, c’est qu’il n’a jamais cessé de se battre ! Zame li zet zarm. Rashid Imrith m’a toujours touché parce qu’il m’encourageait constamment à me battre pour le respect des droits de tous les travailleurs. À chaque fois qu’on se voyait, il me disait toujours de défendre les droits de TOUS les travailleurs, qu’ils soient membres des associations et syndicats que je représente ou pas. Je me souviendrais toujours de ses paroles : il me rappelait que les travailleurs étrangers sont loin de chez eux, qu’ils ont quitté familles, êtres chers et leur confort. Que c’était mon devoir de les écouter, de les soutenir et de les aider de quelque façon que ce soit. Je conserve à jamais un souvenir impérissable de la dernière grève de la faim qu’il avait entamée. Il avait pris refuge à l’Emmanuel Anquetil Building, près de la poste. Je l’avais rejoint et soutenu dans cette lutte dont il était sorti victorieux.”

Gassen Murugan (ex-enseignant) : « Il m’a soutenu quand mon syndicat m’a laissé tombé »

« J’ai côtoyé Rashid Imrith pendant 30 à 35 ans, surtout dans les années 90’, au moment de l’All Workers Conference. Notre dernière rencontre remonte au 12 septembre 2020 lors de la manifestation organisée par Rezistans ek Alternativ. Je tiens à lui dire un grand merci, car il n’y a pas longtemps, j’étais persécuté par le PMO à cause de mes prises de position. Alors que mon syndicat m’a coulé, Rashid, lui, s’est mis debout pour me défendre. Qu’il repose en paix ! »

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour