- Publicité -

L’envers du décor : « Ou res lev ou lame dan ICU, personn pa vinn get ou… »

C’est ce que confie un patient atteint du Covid-19 admis à l’hôpital depuis le 23 novembre  et qui a préféré quitter l’ICU pour se faire soigner dans le privé.

Cette contamination au Covid-19 restera gravée à jamais dans la mémoire de ce quinquagénaire qui, à hier après-midi, était sur le point d’obtenir sa décharge d’une clinique privée après y avoir passé huit jours. L’homme d’affaires a visiblement eu une mauvaise expérience à l’Intensive Care Unit de l’hôpital Jeetoo. Il a préféré poursuivre son traitement dans le privé.

- Publicité -

« Ou res lev ou lame dan ICU, personn pa vinn get ou. Zot dir ou taler pou vini », raconte-t-il, déplorant que la prise en charge des patients dans les Covid Wards ou encore pour les soins poussés ne sont pas au top comme on le prétend et que les patients méritent davantage de compassion.

« Sa moman ou realize ki ou pe demann delo pou bwar ek personn pa pe reazir, sa pou mark mwa a vi », affirme-t-il.  Cet homme d’affaires connu dans le giron de l’informatique affirme qu’il s’était fait tester à la maison par deux Rapid Antigen qui se sont révélés négatifs après avoir noté qu’il souffrait de fièvre et avait des symptômes du Covid.

« Mo de tes monn fer lakaz, finn negatif. Me mo lasante finn kontinie deteriore o pwin ki mo finn komans toufe ek mank respirasion. Mo finn bizin telefonn SAMU pou fer vinn sers mwa lakaz telman mo pa ti pe kapav tini », relate-t-il. « Dan lanbilans kan finn fer enn lot test Rapid avek twa ki finn remarke ki ena tras Covid. Lalign tes-la ti bien pal », poursuit-il.

Dès son arrivée à l’hôpital Jeetoo, le quinquagénaire a été admis à la salle D3 où se trouvaient, selon lui d’autres patients. « Si mo rapel bien, ti ena 6 pasian dan la sal la. Ena seki mo finn konpran finn gagn desarz depi ENT ek finn vinn isi. Met ou dan enn lasal avek lezot dimounn, kot ena pena mask. Dimounn pe res touse. Sakenn pe koz ek zot kamarad ek pe rakont zot zistwar. Li kler ki dan lasal pa ti ena mem disiplinn », note-t-il. Au niveau de cette salle, le service médical laissait à désirer à son avis. « Mo konpran ki bann personel medikal sou presion. Me li pa fasil kan ou pe rod infirmie pou get ou, personn pa reazir. Pena okenn response », regrette-t-il.

L’habitant de la capitale raconte également qu’il avait entrepris des démarches pour être transféré dans une clinique privée pour être pris en charge pour les besoins de son traitement contre le Covid-19. « Mo finn fer demars pou al Wellkin ek mo finn gagn plas. Me kan mo finn inform lopital zot finn dir mwa non, parski mo leta finn deteriore ek pe bizin mwa direk dan ICU », explique-t-il.

« Mo krwar ki zot finn azir de bonne foi selman », précise le patient. Ce passage à l’ICU de l’hôpital Jeetoo, il affirme qu’il en gardera un mauvais souvenir. Il se rappelle qu’à ce moment-là, on lui avait pris son téléphone portable et qu’il n’avait plus de communication avec ses proches. « Mo nepli kapav kominik an deor. Li vre ki mo ti pe gagn bokou problem respiratwar ek mo ti pe bizin oxyzen », dit le quinquagénaire.

« Sa ICU la has nothing to do with Intensive Care », déplore-t-il. « Il n’y avait personne à vue d’œil », décritil. « Sa ICU la li mix. Madam misie ansam. Sakenn dan zot difikilte. Ou res lev ou lame, personn pa vinn get ou. Zot dir ou taler nou pou vini », laisse entendre ce patient du Covid-19. « Mem kan ena dimounn si, personn pa vini. Komsi zot finn regle bann ler kot zot rantre pou get pasian. Pa ninport kiler. Pa kouma ou pe bizin zot », ajoute-t-il.

Ce professionnel de l’informatique fait ressortir que cela est dû à la difficulté du personnel d’enfiler et de retirer leur Personal Protective Equipment (PPE).

« Mo finn trouv enn madam pe lev lame pe dir vinn get li. Li pe gagn swaf. Li pe rod delo. Me personn pa rantre pou vinn soulaz li. Sa moman ou realize ki ou pe deman delo pou bwar ek personn pa pe reazir, sa pou mark mwa a vi », soutient ce père de famille qui était aussi dans une situation très inconfortable avec notamment l’appareil lui ravitaillant l’oxygène fixé en permanence sur son visage.

Il dit aussi avoir appris qu’on ne lui ait pas prodigué le médicament Remdesivir à temps, comme avait indiqué le médecin responsable. Ne pouvant rester plus longtemps dans ces conditions, il a entrepris des démarches afin de pouvoir se faire admettre dans une clinique privée. « Depi lindi dernie mo finn rant klinik. Malgre tou tretman ki finn gagne dan Jeetoo, mo finn res pozitif mem », fait-il comprendre.

L’homme d’affaires laisse aussi entendre qu’il ne s’était pas vacciné contre le Covid. « Se enn desizion ki mo regrete. Pourtan mo enn dimounn avek bon kondision fisik. Mo pa ena okenn troub lasante. Me Covid finn atak mo poumon a enn pwin inpansab », déclarait-il hier soir, alors qu’il s’apprêtait à quitter la clinique pour rentrer chez lui après les 14 jours des plus difficiles et qui le marqueront à vie…

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour