- Publicité -

Levée des restrictions : on laisse tomber les masques!

Porter le masque comme barrière de protection contre la Covid-19, mais aussi un nouvel accessoire qui a marqué le tournant de notre quotidien.

- Publicité -

Désormais, plus besoin de l’aborer : ouf, qu’est-ce que ça fait un bien fou !  Ce sont les mots qu’on retrouve sur toutes les lèvres de ceux que nous avons croisés, ce vendredi soir, dans divers endroits pour kas enn poz. A partir de ce vendredi 1er juillet, on laisse tomber les masques!

Des parkings qui affichent « full »,  des files interminables pour un risotto, ou un halim bien chaud, sans le maintien de la distanciation sociale, des enfants galopant partout sous le regard des parents, des amoureux qui savourent leurs glaces malgré le vent hivernal, mais trop heureux de retrouver « l’extérieur et les gens » disent-ils.

Un soulagement qui se lit surtout sur le visage des opérateurs, venus spécialement pour le Food Festival de Caudan, excités pour la suite, malgré les mois difficiles auxquels ils ont fait face.

Chloé et Charlize se disent plus qu’heureuses de pouvoir sortir à nouveau sans restriction. « Ça fait tellement du bien de retrouver les gens et cette ambiance après deux ans ».

Un point partagé par Michelle, maman de trois enfants : « Nous respirons à nouveau, cette ambiance nous avait tellement manqué ».

 

« Enfin la liberté », lance joyeusement Sorenza, qui s’est mariée sous les restrictions sanitaires : « Nou retrouv lavi apre de-z-an. Ti pe bizin met li, pa ti ena swa, pa ti fasil me nou pe retrouv lavi normal ».

 

Pour Jamel et Myley, le froid ne les a pas découragés de sortir ce soir ; il fallait venir pour marquer le coup. Ces deux collégiens, qui savourent leurs pizzas, sont d’avis que malgré la levée des restrictions, il faut continuer à prendre des précautions. Ils espèrent que toutes les activités reprennent normalement dans les collèges, surtout les excursions.

Un peu plus loin au Jam Inn, un concert bat son plein. Le barman transpire en raison du nombre de clients à servir. En showcase Chris Denzel, Tiana, Yohan et Yanky. « Nou mari kontan nou pe retrouv bann lapis de dans, konser, bann program ki permet nou amize », affirme Adriano, de Chebel, accompagné de ses amis.

Stecey explique pour sa part que, par précaution, surtout le fait qu’elle travaille avec des clients, elle devra continuer à porter le masque, mais, « nou pe kapav remet nou rouz-alev ek apre de-z-an nou pe regagn enn form liberte, mo bien kontan ».

 

Au niveau de l’organisation, plus forcer de rester assis pour consommer. « C’était long et nous avons vécu l’enfer, sans ressources et sans aides. Après la réouverture, nous sommes super contents, mais nous ne savons pas comment ça va se passer. Nous croisons les doigts, il faudra rattraper les dettes », soutient Dayana Ramasamy, propriétaire du Safari Bar à Grand-Baie.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour