Après l’interdiction des plastiques à usage, unique en vigueur depuis le 15 janvier, ce sera au tour des bouteilles en plastique, soit le PET (plastique pétrosourcé), de disparaître progressivement du décor mauricien.

Annonce faite par le ministre de l’Environnement, Kavi Ramano, cet après-midi, jeudi 11 février, en conférence de presse.

Kavi Ramano parle de « constat d’échec » face à la pollution causée par les bouteilles en plastique à Maurice. Il  précise que les recommandations faites par son ministère ont été avalisées par le cabinet.

Dans un premier temps, les mesures seront axées sur une suppression progressive. « Nous interdirons la fabrication, l’importation, la commercialisation, la production des bouteilles en plastique de moins de 1 litre », ajoute le ministre.

Les opérateurs locaux auront ainsi un moratoire d’un an pour s’adapter. Ce dernier préconise des logements en verre ou en canne pour se réinventer.

Une approche de ‘deposit refund » est également envisagée. Les modalités restent à être finalisées. « Nous finalisons les montants entre Rs 5 à Rs 10 », affirme-t-il.

En ce qui concerne les compagnies utilisant des bouteilles en plastique pour contenir des produits alimentaires, tel que de la sauce à l’ail, elles disposent d’un moratoire de 18 mois pour basculer vers les bouteilles en verre, ajoute le ministre.

En chiffre : 

130 millions de bouteilles en plastique PET produits à Maurice. 40%, seulement, sont collectées au niveau national, les 60% restants se retrouvent soit à Mare-Chicose parmi les déchets ou dans la nature. « À Maurice, nous n’avons pas d’usine de recyclage de bouteille en PET », précise ce dernier.

A lire également : Ces produits en plastique à usage unique que vous ne pourrez plus acheter en 2021