- Publicité -

Liying Zhu (ambassadeur de chine) : « La coopération pragmatique entre nos deux pays est tournée vers l’avenir »

Dans une interview accordée à Le-Mauricien, l’ambassadeur de Chine, Liying Zhu, considère que la coopération entre les deux pays est tournée vers l’avenir. Il annonce que les étudiants mauriciens pourront retourner en Chine très prochainement. Concernant Huawei, l’ambassadeur de Chine affirme qu’il laisse le soin aux autorités mauriciennes d’enquêter. « C’est leurs droits. Huawei est disponible pour toute collaboration pour les enquêtes », affirme-t-il.

- Publicité -

Nous célébrons cette année le 50e anniversaire de l’établissement des relations entre la Chine et Maurice. Qu’est-ce que cette célébration représente pour vous ?

C’est une occasion pour nous tous de faire le bilan du passé et de préparer l’avenir. Les notes tellement brillantes nous encouragent à aller encore plus loin. Pour ce faire, la Chine et Maurice ont conjointement organisé une série d’événements. Le lancement officiel le 15 avril dernier, jour J, a vu la présence du Premier ministre, Pravind Jugnauth, et de nombreux ministres. Xu Jinghu, représentante spéciale du gouvernement chinois aux affaires africaines, a conclu durant le week-end dernier sa visite à Maurice durant laquelle elle a rencontré le Premier ministre, Pravind Jugnauth, et le ministre des Affaires étrangères, Alan Ganoo, pour échanger des opinions sur l’avenir de notre partenariat qui est extrêmement important. Cette visite s’inscrit dans le cadre de ce cinquantenaire, et constitue un autre moment fort de la célébration.

De plus, depuis le début de cette année, mon ambassade a organisé plusieurs événements avec le monde des affaires, des associations, des municipalités, des Ong et des écoles. Dans les mois à venir, le festival de documentaires chinois et d’autres activités culturelles seront présentés au public mauricien.

Comment se porte la coopération bilatérale entre nos deux pays ? Quels en sont les grands axes de cette coopération ?

Quand nous faisons l’état des lieux de la coopération bilatérale, deux mots me viennent dans l’esprit : satisfaction et espoir. Satisfaction parce que dans un monde plein de turbulence et d’incertitude, nos deux pays travaillent en étroite coopération sur de grands dossiers internationaux pour défendre la Charte des Nations unies et les droits internationaux. Nous nous soutenons mutuellement sur les questions d’intérêts fondamentaux.

Pendant ces dix dernières années, nous avons eu plus de 20 visites de haut niveau, parmi lesquelles l’échange de visites entre le président chinois Xi Jinping à Maurice et le Premier ministre mauricien en Chine en 2018. Ces relations, basées sur les principes d’indépendance, d’égalité, de respect mutuel et de soutien mutuel, sont exemplaires pour le monde et donnent la confiance politique mutuelle à tout moment. Et ces relations ne se limitent pas à la politique, bien entendu ! Elles s’étendent à tous les domaines, l’infrastructure (l’aéroport SSR, Bagatelle Dam, National Sport Complex de Côte-d’Or…), le commerce (accord de libre-échange…), l’éducation et la culture (centre culturel, Institut Confucius…). En un mot, c’est un partenariat global qui profite aux Mauriciens en facilitant leur vie quotidienne.

Espoir parce que la coopération pragmatique entre les deux pays est tournée vers l’avenir avec des projets concrets dans la haute technologie, les finances, l’énergie renouvelable, etc. Je me réjouis de voir que des entreprises chinoises se sont installées à Maurice et ont considérablement contribué au développement et à l’innovation technologiques de Maurice. Je suis heureux d’apprendre que la Bank of Mauritius vient de désigner la Bank of China à Maurice RMB Clearing Bank pour faciliter les transactions commerciales en RMB avec la Chine. Cela donne d’ailleurs plus de choix à Maurice dans un système financier mondial en pleine mutation.

L’accord de libre-échange entre nos deux pays est en vigueur depuis le 1er janvier 2021. Pourrait-on faire un premier bilan ?

L’entrée en vigueur de l’accord de libre-échange entre nos deux pays, premier du genre entre la Chine et l’Afrique, a donné des résultats très satisfaisants. Selon les statistiques des douanes chinoises, le volume des échanges commerciaux sino-mauriciens en 2021 a atteint USD 914 millions, soit une augmentation de 25,8% par rapport à l’année précédente, et l’exportation mauricienne vers la Chine a connu une croissance encore plus rapide : 35,1% !

Cet accord a donné accès au marché chinois à un grand nombre de produits mauriciens dont les sucres spéciaux, le rhum et la bière. Il est important de souligner que tous ces progrès ont été réalisés dans un contexte international extrêmement difficile, dans un contexte économique gravement affecté par la pandémie. Je suis sûr que le commerce bilatéral enregistrera une croissance encore plus forte lorsque l’économie reprendra de façon constante et rigoureuse.

En raison de la pandémie de Covid-19, les frontières de la RPC sont encore fermées. Quand peut-on s’attendre à une reprise normale des relations aériennes entre Maurice et la Chine ?

Je ne dirais pas que les frontières sont complètement fermées. Certes, en vue de couper la propagation du virus, il faut limiter de façon drastique la circulation humaine, y compris le voyage international. Cependant, même dans cette situation délicate, nous maintenons toujours l’ouverture des frontières à un certain niveau, pour permettre d’effectuer des visites officielles, des voyages d’affaires d’importance particulière, et des voyages humanitaires (maladies, funérailles).

Bien entendu, pour les voyageurs qui arrivent en Chine, ils doivent passer un certain temps en quarantaine. Avant, c’était 14 jours. Maintenant il a été réduit à seulement sept jours. Avec la reprise de l’économie mondiale, y compris l’économie chinoise, les efforts en vue de contenir la pandémie dans des localités bien limitées, des voyages d’affaires reprennent sensiblement.

Ainsi la Chine est en train d’accueillir le retour des étudiants internationaux dans des universités chinoises. Cette évolution est en cours. Au fur et à mesure, ça va prendre de l’ampleur. Je suis convaincu que les étudiants mauriciens vont retourner en Chine très prochainement. Bien évidemment, compte tenu des vols internationaux très limités, les billets coûtent extrêmement cher. Malheureusement ! Nous ne pouvons que compter sur la normalisation de la fréquence des vols pour faire baisser les prix.

Quant aux relations aériennes directes entre Maurice et la Chine, non seulement il faut attendre l’assouplissement de la situation de la pandémie dans chacun de nos pays (c’est à évaluer par des autorités compétentes), mais aussi il faut voir la rentabilité économique des vols, autrement dit le taux de remplissage. Il revient aux compagnies aériennes de les évaluer. Il faut, bien sûr, du temps pour reprendre le niveau d’avant la pandémie, mais je suis sûr que les échanges continueront et se multiplieront davantage.

Des craintes ont été exprimées récemment dans les milieux gouvernementaux au sujet des activités de la compagnie chinoise Huawei en matière de télécommunication. Qu’en pensez-vous ?

Des craintes, des allégations sur Huawei sont sans fondement. Ce sont des histoires créées de toutes pièces par les Américains furieux de voir que le numéro 1 mondial des télécoms est chinois. Comment avaler cette réalité ? Même avec leurs alliés, ils font tout pour empêcher la concurrence. Alstom (français) et Toshiba (japonais) ont subi le même sort. Les autres pays occidentaux suivent les Américains, bien entendu, pour être politiquement corrects. D’où cette vague d’accusations à l’encontre de Huawei. Mais la propagande reste la propagande. Aucune preuve tangible n’a été donnée sur le soi-disant espionnage de Huawei à la sécurité nationale. Aucune preuve non plus n’a été donnée sur la corruption de Huawei avec ses partenaires mondiaux. Vous imaginez la puissance du renseignement américain. Après tant d’années d’enquêtes, s’ils ne trouvent pas, qui trouvera ?
En ce qui concerne Maurice, je laisse le soin aux autorités mauriciennes d’enquêter. C’est leurs droits. Huawei est disponible pour toute collaboration pour les enquêtes. Sur Huawei, je suis confiant. C’est une entreprise correcte qui a tellement contribué au développement de la télécommunication à Maurice.

Avec son transfert de savoir-faire, Maurice se trouve aujourd’hui au premier rang dans la région. Et je suis fier que le high-tech, représenté par Huawei, devienne le leader de la coopération sino-mauricienne pour l’avenir. Finalement, j’espère qu’on arrête de dire des bêtises et de raconter n’importe quoi sur les relations Chine-Maurice. La Chine espionne Maurice ? Réfléchissez par vous-même, faites attention de ne pas tomber dans le piège de la propagande mensongère.
Mes rencontres avec le gouvernement mauricien sont concluantes : le partenariat sino-mauricien est solide et va bien. Le pays accueille à bras ouverts les entreprises chinoises pour une coopération gagnant-gagnant.

Les manœuvres militaires de la Chine autour de Taïwan, suivant la visite de Nancy Pelosi là-bas, font craindre une montée de la tension dans cette région. Comment se présente la situation ?

Ce n’est pas la Chine qui a fait monter la tension ! Bien au contraire, ce sont les États-Unis qui, pour faire obstacle à la réunification et au développement de la Chine, ne cessent de livrer des armes sophistiquées et envoyer des officiels à Taïwan. Ces agissements constituent des provocations à la Chine et des atteintes à la souveraineté et à l’intégrité territoriale de la Chine. En clair, provocation américaine en premier, et réplique chinoise ensuite.

Donc, les USA prennent toutes les responsabilités de la montée de la tension dans le détroit de Taïwan. Pour tout pays, quand il s’agit de souveraineté et d’intégrité territoriale, c’est une question de principe. Tout pays réagit de façon forte et déterminée. Imaginons que nous encourageons à séparer un État du territoire des USA, en fournissant aux indépendantistes des armes, en envoyant des délégations officielles pour prêcher la démocratie et les droits de l’homme, comment vont réagir les Américains ?

Aujourd’hui, c’est l’hypocrisie absolue côté américain d’accuser la Chine d’être responsable de la tension. C’est la pure logique du voyou, la loi de la jungle : « Je peux vous frapper et vous violer, et vous ne devez pas vous défendre. » Où est la justice ? La Chine n’est plus le pays d’il y a 100 ans, quand l’armée alliée des huit puissances occidentales circulaient librement sur le sol chinois pour piller, brûler et humilier. Le fameux Palais d’Été à Pékin avait été pillé puis brûlé en 1860 par ces pays, aujourd’hui donneurs de leçon arrogants sur la démocratie, les droits de l’homme, la paix et la stabilité. Honte à eux !

Nous, les pays en développement, victimes d’agression et de colonisation étrangères, nous chérissons plus que personne la valeur de la paix et de la stabilité. Mais pour les défendre, nous sommes prêts à payer cher. Aujourd’hui le peuple chinois est déterminé à défendre son droit légitime et à répondre énergiquement à toute provocation extérieure et à toute violation à sa souveraineté et à son intégrité territoriale.

Taïwan fait partie intégrante de la Chine. C’est un fait reconnu par la quasi-totalité des pays du monde, notamment les Nations unies. Donc, à mon sens, les manœuvres militaires en cours autour de Taïwan constituent une affaire purement intérieure de la Chine. Que les Américains n’y mettent pas les pieds pour créer une tension internationale. Nous sommes en train de faire comprendre, entre Chinois, aux indépendantistes qu’ils sont voués à l’échec. Et nous avons déjà à maintes reprises averti les Américains quelles seront les conséquences issues de leurs provocations. Ils le savent très bien, et ils jouent maintenant les innocents. Ridicule, n’est-ce pas, un pyromane qui joue le pompier ?

Est-ce cette question a été évoquée lors du passage de l’envoyée spéciale du gouvernement chinois la semaine dernière ?

Oui, cette question a été évoquée. Aujourd’hui, après cette visite provocatrice de Nancy Pelosi, déjà plus de 160 pays dans le monde se sont prononcés clairement en réitérant le principe d’Une seule Chine (à savoir le gouvernement de la République populaire de Chine est le seul gouvernement légitime de la Chine, Taïwan fait partie intégrante du territoire chinois). Je suis heureux que Maurice fasse partie de ces pays épris de paix et de justice. « La justice se trouve dans le cœur de tout le monde. » Les USA et leurs alliés du G7, avec leur déclaration malveillante et hypocrite, ont perdu toute leur crédibilité, même s’ils sont les plus forts.

J’aimerais souligner qu’entre la Chine et Maurice, il existe depuis toujours un soutien mutuel sur le dossier de la souveraineté et de l’intégrité territoriale. De par nos histoires similaires de victimes de colonisation, la Chine soutient fermement Maurice dans ses efforts pour récupérer les Chagos, et Maurice applique constamment la politique d’une seule Chine et s’oppose fermement à l’indépendance de Taïwan.

Une petite note de l’histoire de Taïwan : province de la Chine, elle n’a jamais été indépendante. Elle avait été colonisée par les Néerlandais, puis les Japonais. Après la défaite du Japon dans la Seconde Guerre mondiale, Taïwan est rentrée dans le territoire chinois. Les Nations unies l’ont réaffirmé par la résolution 2753.

Mais pourquoi cette question séparatiste ? C’est le résultat de la guerre civile en Chine. En 1949, avec la défaite de l’armée nationaliste, Tchang Kaï-chek s’était réfugié à Taïwan, sous la protection du détroit, et surtout la protection des USA. Quand l’armée populaire de Mao Zedong voulait libérer Taïwan en 1951, la guerre de Corée avait éclaté. La Chine était obligée de s’y engager au détriment de Taïwan. Voilà une longue histoire douloureuse pour le peuple chinois, une occasion pour les Américains d’encercler la Chine et d’alimenter la tension au profit de leurs intérêts. Un vieux proverbe chinois dit ceci : « Celui qui joue avec le feu finira par se brûler. » Le temps viendra.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour