photo illustration

De nombreux citoyens possédant une seule maison en ville ont été invités par leur municipalité à procéder au paiement

Alors que le manifeste électoral de l’Alliance Morisien avait prévu qu’il n’y aurait pas de taxe immobilière pour ceux possédant une seule maison en ville, beaucoup ont reçu des formulaires pour régler leur taxe. Ils se disent ainsi déçus, d’autant que le ministre des Finances, Renganaden Padayachy, n’a rien annoncé dans ce sens dans le budget 2020-2021. Une source au ministère des Administrations régionales nous indique que des “regulations” à ce sujet n’ont pas encore été faites et qu’en conséquence, la taxe résidentielle devra être payée pour la prochaine année financière.

Mauvaise surprise pour les propriétaires urbains. Alors qu’ils pensaient être exemptés de la taxe immobilière pour l’année 2020-2021, ils ont été invités par leurs municipalités respectives à s’acquitter des frais au plus tard le 31 juillet. Pourtant, dans son manifeste électoral, l’Alliance Morisien avait annoncé que les personnes ne possédant qu’une seule maison en ville n’auront plus à payer la taxe résidentielle. Ce retournement de situation provoque la colère de nombreux citadins, déplorant une promesse non-respectée.

Swaley Mahmode Rojee, habitant la capitale, se réfère à un avis paru dans la presse dominicale, où la municipalité de Curepipe invite ses contribuables à procéder au paiement de la taxe immobilière. « Je me suis dit que si Curepipe le fait, Port-Louis le fera aussi, certainement. Pourtant, à la veille des élections, il avait été promis qu’il n’y aura plus de taxe immobilière pour ceux qui ne possèdent qu’une maison. Je ne parle pas uniquement pour moi mais pour tous ceux qui sont dans cette situation. »

Laval Pulchérie habite, lui, à Vacoas. Il dit avoir également reçu un formulaire de la municipalité pour aller s’acquitter des frais de la taxe immobilière. « Je m’attendais à ce que le ministre des Finances en parle dans son budget de la semaine dernière, mais tel n’a pas été le cas. Pourtant, cela était dans le manifeste électoral. » Les propriétaires urbains sont ainsi surpris et se retrouvent devant une situation inattendue.

Sollicité pour une explication, Hans Marguerite, le maire de Curepipe, dit ne pas être en présence des détails de cette mesure. Une source au ministère des Administrations régionales nous indique, elle, que les “regulations” à ce sujet n’ont pas encore été faites. « Le gouvernement est en place depuis quelques mois seulement et les “regulations” ne sont pas prêtes. Les propriétaires devront donc payer la taxe immobilière pour la prochaine année financière. L’exemption sera appliquée pendant le mandat, une fois que les règlements seront prêts. »

On se souvient que l’exemption de la taxe immobilière pour ceux possédant une seule maison en ville faisait partie des 15 mesures phares annoncées par l’Alliance morisien dans son manifeste électoral. On y retrouvait également les manuels gratuits pour les élèves de Grade 7 à 9, la pension de vieillesse à Rs 9 000 et la création de 10 000 emplois pour les jeunes dans la fonction publique, entre autres. Si certaines mesures ont été appliquées, d’autres ont été suspendues ou sont toujours en attente, comme c’est le cas pour la taxe immobilière.