Ils veulent du changement. Les élèves du Mauritius College à Curepipe ont exprimé leur ras-le-bol en ce qui concerne les « mauvaises conditions » dans lesquelles ils seraient appelés à étudier. Deux manifestations ont eu lieu ces cinq derniers jours dans l’enceinte de l’établissement. La police a dû intervenir pour calmer les esprits.

Pupitres et chaises « en mauvais état », « manque d’eau » dans les toilettes et infrastructures « délabrées » ont été décriés par les élèves ces jours-ci.

La goutte d’eau qui a fait déborder le vase : les questionnaires d’examens « écrits au tableau ». Les élèves soutiennent avoir dû les recopier avant de se mettre au travail.

Selon nos recoupements, des enseignants de l’établissement auraient également « plusieurs fois porté plainte » auprès des autorités pour « non-respect des conditions de travail ».

Contacté par la rédaction, Munsoo Kurrimboccus, secrétaire de l’UPSEE (Union of Private Secondary Education Employees), a indiqué ne pas être étonné par rapport aux récriminations des élèves.

Depuis deux ans, explique-t-il, le syndicat tire la sonnette d’alarme quant à la mauvaise gestion de cet établissement. « Si la direction ne prend pas de mesures correctives, le Mauritius College ira de pire en pire », a-t-il soutenu.

« Les manifestations des élèves sont la preuve d’un ras-le-bol suite à l’accumulation de ‘mismanagement’ du collège », a ajouté Munsoo Kurrimboccus, qui a pointé du doigt le traitement infligé par la direction aux employés de l’établissement.

Nous avons vainement tenté de contacter la direction du collège et la Private Secondary Education Authority (PSEA).