« Negosiasion nou drwa », a scandé la Fédération des Taxis d’Hotêls (FTH), qui s’élève contre le gouvernement. Car les difficultés rencontrées dans ce secteur ne semblent pas interpeller les autorités. D’où la manifestation tenue ce vendredi 16 octobre dans la capitale.

La FHTA avait prévu de manifester pacifiquement dans plusieurs artères de Port-Louis. Toutefois, après avoir donné son aval, la police a revu l’itinéraire de la marche, et ce, en raison de la tenue du Conseil des ministres ce vendredi.

« C’est quand se réunit l’Assemblée nationale qu’il n’est pas autorisé de manifester, pas quand il y a Conseil des ministres », a déploré Atma Shanto, représentant des chauffeurs de taxi d’hôtels, qui ont fini par collaborer.

Atma Shanto a expliqué que des demandes de rencontres avec les ministères concernés ont été logées, mais celles-ci « sont restées lettre morte ».

Touchés de plein fouet par la pandémie de Covid-19 dans le pays, les chauffeurs de taxis d’hôtels se disent « oubliés » par les autorités.

Les membres de la FHTA ont indiqué que la somme qui leur est remise à travers le Self-Employed Scheme « ne suffit pas ». Et d’ajouter : « Nou ena loan ek fami ».

« Les Rs 5 100 du gouvernement, certains les reçoivent d’autres non », a soutenu Atma Shanto.

Une pétition revenant sur leurs griefs sera adressée au Premier ministre, Pravind Jugnauth.