– « Zis enn bann ki gagn travay alternatif, alor ki nou travay direkteman avek touris. Nou pe roul lekonomi e kan nou dan difikilte nou pa trouv personn »

L’entrée du Bazar de Port-Mathurin n’est plus la même depuis quelques jours. L’ambiance joviale, qui y régnait, n’y est plus. En effet, beaucoup d’artisans ont plié bagage jusqu’au jour où tout reviendra à la normale faute de clientèle.  Ces femmes entrepreneures parlent à cœur ouvert des problèmes auxquels elles font face depuis que les touristes étrangers et des Mauriciens ne peuvent plus visiter Rodrigues avec l’annulation des liaisons aériennes depuis plus d’un mois déjà.

Une femme, membre d’une coopérative, confie qu’elle vient au marché tous les jours et que, parfois, c’est juste pour s’asseoir. Il n’y a aucun client à l’horizon. Et pour faire passer le temps, elle prépare des produits pour que, dès la réouverture et l’arrivée des touristes, elle a un maximum de produits à exposer et à proposer à la vente.

D’autres entrepreneures disent que, si les Rodriguais consommaient les produits autant que les touristes, elles auraient pu subvenir aux besoins de leurs familles. Mais tel n’est pas le cas, car les Rodriguais ne prennent pas les produits. Selon eux, la majorité des Rodriguais savent préparer ces produits, tels que les achards. Ils cultivent leurs piments eux-mêmes et ne vont pas dépenser leur argent dans des produits qu’ils savent confectionner à leurs manières.

Attristées par cette situation, certaines femmes disent que c’est « le seul moyen » de subvenir aux besoins de leurs familles. Et que vu que les touristes ne peuvent pas venir, elles ne savent pas comment elles vont faire si le confinement dure pour une période de temps indéterminée. Elles disent que, pour le moment, elles peuvent encore gérer avec leurs économies, mais pour combien de temps encore? Elles n’en savent rien.

L’inquiétude s’est installée, car tous leurs investissements sont bloqués. Elles ont acheté ourites, poissons, piments et légumes pour pouvoir ensuite les transformer en achards, mais en raison du confinement, leur travail est bloqué. Les stocks s’accumulent et ne trouvent pas preneurs. Elles demandent au gouvernement de les aider, car elles aussi font partie de la République et elles travaillent dans le secteur touristique. Elles estiment ainsi avoir droit à des allocations que les travailleurs du tourisme reçoivent, car elles aussi, si les touristes ne viennent pas à Rodrigues, elles ne peuvent travailler.

Une femme entrepreneure ajoute : « Lane dernier, ti ena Korona dan Moris, me so linpakt, avek fermtir vol, finn reperkit direk lor nou. Rodrig depann lor touris. Mwa mo fer pwason sale e ourit sek, e la pa pe kapav fer narnie, pena reveni. Nou trouve ki, pou linstan, lotorite Rodrig pa pe rekonet nou an tan ki antreprener parski, de kote touris, nou tann dir ki ena alternativ, me pa pe fer narnie pou nou. Bizin konpran ki nou depann lor touris e nou viv de seki nou travay, seki nou pe prodir. Nou bizin viv, nou bizin manze tou le zour. Nou propoz lotorite pou nou osi nou fer enn travay alternativ ziska sitiasion refer. »

Une autre femme déclare : « Mo ena 5 zanfan ki lekol e sa mem travay ki mo fer pou ki mo zanfan al lekol. Nou fer sa travay-la pou nou kapav roul nou lakwizinn. Zordi zour, ena fwa pa kapav Envoy zanfan lekol. Nou demann lotorite ed nou. » Une autre entrepreneure poursuit : « Lavant zero, Rodrige pa aste e zot dir zot mem zot konn prepare. Parfwa larzan transpor pa gagne pou retourne. Mwa avek sa mem mo viv, mo mem zom e mo mem fam kot mwa. »

Mme François explique que, l’année dernière, « nou finn gagn kour kan ti ena Korona e nou ti gagn enn ti ed avek gouvernma ». Elle ajoute : « Ti dir nou kan nou fini nou kour nou pou gagn enn sertifika pou rekonet nou kouma enn antreprener, me enn an finn pase, pa ankor trouv sertifika. Korona finn retourne ankor, pa kone ki pe fer avek nou. Nou osi nou fer parti dan lekonomi Rodrig. »

Mme Raffaut souligne que certaines femmes ont cessé de venir au marché, car la vente est ‘nulle’. Elle demande aux autorités de venir les voir. Elle déclare que les produits s’abîment. Pour elle, le marché solidaire ne marche pas, car il n’y a pas de Mauriciens dans l’île. « Morisien ki aste, Rodrige non. »