– L’approche de l’été aura un impact sur la production

Les légumes sur le marché local seront plus chers à partir du mois prochain. Selon Kripalloo Sunghoo, de l’association des petits planteurs, le premier facteur qui contribuera à cette hausse est l’épuisement du stock des légumes post-COVID sur le plan local. L’approche de l’été aura également un impact sur les nouvelles productions que les planteurs planifient en ce moment.

Kripalloo Sunghoon a fait ressortir que le prix des légumes « sera stable » jusqu’à la fin du mois d’octobre. « Le stock a diminué, mais nous avons suffisamment de légumes sur le marché, du moins pour ce mois, puisque tous les hôtels ne sont pas opérationnels en ce moment. Le prix a légèrement augmenté vers la fin du mois de septembre parce que c’est la tradition chez les marchands. À la fin de chaque mois, les légumes sont légèrement plus chers, mais rien n’est définitif. D’ailleurs, les prix resteront les mêmes jusqu’à la fin de ce mois », a indiqué le président de l’association des petits planteurs.

En revanche, a-t-il souligné, le prix sera revu à la hausse à la fin du mois d’octobre, voire au début de novembre. Le premier facteur qui contribuera à cette hausse de prix « est l’épuisement du stock des productions post-COVID-19 ». Selon Kripalloo Sunghoon, il ne reste plus beaucoup de productions des légumes récoltées après l’épidémie sur le plan local. « Les planteurs de légumes se préparent pour une nouvelle plantation. Cela dit, la quantité de légumes qui seront disponibles sur le marché, en attendant que de nouveaux légumes soient récoltés, sera réduite. Dans ce contexte, le prix des légumes sera revu à la hausse », a expliqué Kripalloo Sunghoon.

Puis, il y a les conditions climatiques à l’approche de l’été qui auront un impact sur la production de légumes. « Qui dit l’été dit aussi la sécheresse. Le manque d’eau affectera, comme tous les ans, les plantations. D’ailleurs, l’irrigation des légumes est déjà passée à 50%. Si les plantes ne reçoivent pas suffisamment d’eau, la qualité des légumes ne sera pas bonne. Les plantes risquent aussi de mourir. L’eau est un élément vital pour la culture des légumes », précise notre interlocuteur.

Kripalloo Sunghoon lance ainsi un appel au gouvernement pour la construction de réservoirs. « Le pays est en voie de développement avec des sites touristiques, la réalisation de Smart Cities, entre autres. Une importante quantité d’eau est utilisée dans le secteur du tourisme. Par conséquent, il faudra venir avec plus de moyens pour stocker l’eau de pluie », a-t-il dit.

forte chaleur pendant la saison estivale aura aussi un impact sur la culture de légumes. Kripalloo Sunghoon indique que certains légumes ne supportent pas la chaleur et périssent. Selon lui, il y a aussi un risque de prolifération d’insectes en été. « La production de légumes baissera conséquemment », a-t-il déclaré. Le président de l’association des petits planteurs avance que certains légumes seront disponibles à un prix élevé sur le marché, comme le chou, d’autres ne seront même pas disponibles, comme le chou-fleur, les haricots ou encore les lalos, qui ne supportent pas la chaleur. En revanche, les margoze, patol, pipengaille et concombre seront disponibles en grande quantité et à un prix compétitif.

En ce qui concerne les fruits locaux, Kripalloo Sunghoon dira que les mangues, les litchis et les longanes seront disponibles en abondance sur le marché cette année, surtout à des prix abordables, « à condition que les chauves-souris ne viennent pas jouer les trouble-fête ».