Photo d'illustration

Ils sont sur plusieurs fronts et courent énormément de risques lors de leurs missions. Toutefois, ils ont le sentiment d’avoir été oubliés. Des pompiers déplorent le manque de considération de l’état à leur égard, dénonçant l’absence de promotions et de nominations depuis 2014.

« Cela crée une frustration et un découragement général », nous confie-t-on, alors que la liste de promotions tarde à être définie.

Onze ans se sont écoulés depuis la dernière promotion au poste de Divisional Officer. « Depuis la dernière nomination, il n’y a eu aucune promotion », avance-t-on. Les pompiers réclament la finalisation de cette liste afin que l’exercice de promotion puisse se faire.

Pour pouvoir être promu, un sapeur-pompier doit prendre part à des examens organisés par l’Institution of Fire Engineers (IFE), nous explique-t-on. « Il y a actuellement trois Acting Chief Fire Officers qui occupent leurs postes sans ces qualifications, alors que certains ont les qualifications requises. Ce sont des examens qui durent entre trois à quatre ans », souligne un porte-parole.

Plusieurs lettres ont été envoyées pour alerter les autorités concernées, mais sans grand succès.

Du côté des policiers, en septembre dernier, 489 officiers comptant plus de 20 ans de service ont été promus au rang de sergent. Pour rappel, c’était une des promesses faites par le régime actuel, lors de la dernière campagne électorale.