Dans une lettre adressée au ministre des TIC, Deepak Balgobin, la Fédération des Syndicats des Services Civils (FCSOU) met en exergue la « situation dégradante » à la Mauritius Post Limited et réclame la suppression d’une cinquantaine de postes.

Le syndicaliste Narendranath Gopee explique qu’après la privatisation de la compagnie, en 2003, de nouveaux postes ont été créés.

Il est d’avis que le coût de ces postes « impacte négativement » les fonds de la compagnie.  Narendranath Gopee parle de « postes superflus » qui ont été crées.

« Ena bann post okipe par bann dimounn ki pa amenn nanye a konpani-la. Pa bizin sa bann dimounn-la. Zot pe dilapid fon », scande-t-il.