La traditionnelle messe dite par le diocèse de Port-Louis pour marquer la Saint-Louis a eu lieu ce mardi, 25 août, en la cathédrale Saint Louis.

« Mes propos aujourd’hui servent à vous inviter à réfléchir avec moi sur les moyens de favoriser la fraternité, la créativité de notre peuple et essayer de trouver un chemin pour gérer les conflits, dépasser les préjugés, les divisions, et éviter les paroles blessantes. Nous savons bien qu’on ne construit rien avec la négativité ni avec la violence », a plaidé le père Goupille lors de son homélie à l’occasion de la messe de St-Louis, à laquelle ont assisté des politiciens de tout bord et le président République.

Le père Philippe Goupille a également rappelé que la venue du pape François ainsi que les JIOI 2019 avaient suscité un grand élan de fraternité parmi les Mauriciens. Dans cette optique, il a rendu grâce pour la solidarité survenue à l’occasion du drame écologique provoqué par le naufrage du Wakashio.

« Là encore les citoyens mauriciens de toute religion et culture se sont mobilisés dans la fraternité pour sauver le pays. C’est dans ces moments-là que nous pouvons vraiment comparer notre pays à un arc-en-ciel, où chaque couleur, chaque culture, chaque religion garde sa saveur particulière dans une unité citoyenne », a-t-il déclaré.

Le père a encouragé l’entente parmi les diverses religions. « C’est le moment que nous prenions au sérieux le dialogue inter religieux. Il est important de connaître la religion des autres pour la respecter et la comprendre », a-t-il déclaré.

Le cardinal Piat a, pour sa part, partagé une pensée au peuple de Mahébourg et des villages de la côte du sud-est, pour qui la marée noire n’est pas seulement un désastre écologique mais un désastre humain.

« La mer pour eux, c’est leur gagne-pain. Mais plus encore, c’est leur lieu de vie, leur passion. Avec les lagons dévastés, c’est toute une vie, toute une culture qui s’effondre », a dit le cardinal Piat.