« Rendre à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu ».

Dans son homélie à l’occasion de la messe solennelle de St-Louis, le cardinal Maurice Piat a encouragé les citoyens à « reconnaitre l’autorité légitime du pays sans outre passer l’autorité divine ».

En raison des restrictions sanitaires liées à la Covid-19, en la cathédrale St-Louis, ce mercredi 25 août, les célébrations ont pris des allures plus modestes. Pas plus d’une cinquantaine de fidèles ont pu assister à la messe ce matin.

En cette période de crise sanitaire, qui suscite une certaine insécurité au sein du pays, le cardinal Piat a prôné en faveur d’un dialogue dans le respect des autorités, et une solidarité entre les citoyens.

« Avec la hausse du coût de la vie, les cas de Covid-19 augmentant chaque jour malgré les mesures prises, les institutions sociales sont fragilisées », a observé le cardinal Piat. Il a plaidé pour que l’Etat et chaque citoyen prenne l’engagement de respecter les droits humains.

Malgré toutes les mesures prise, les cas avérés sont de plus en plus nombreux
nos institutions sociales sont fragilisés

« Il y va non seulement de la santé d’une société mais de sa survie », a conclu le cardinal.

Reprenant les paroles de l’hymne nationale – « as one people as one nation » – , le cardinal Piat a estimé que « le pays a besoin bien plus qu’un nouveau départ mais d’un nouveau souffle qui constitue le socle de notre démocratie ».

Étaient présents à l’occasion des célébrations de la Fête St-Louis, le président de la République, Pradeep Roopun, le vice président, Eddy Boissezon, le Premier ministre, Pravind Jugnauth, les ministres Leela  Devi Dookun, Joe Lesjongard et Steven Obeegadoo.