- Publicité -

Manifestation – Tan Yan : « Minis patron pa kapav minis travayer ! »

Raouf Khodabocus (LPM) : « Lamor enigmatik sink fonksioner an 2 an, okenn minis ni depite pa reazir ? »

En marge de la marche organisée, hier, à Port-Louis par le syndicaliste Ivor Tan Yan, en faveur du respect des droits des travailleurs, trois lettres ont été déposées, soit une au PMO, une autre au ministère du Travail et une dernière à la Bar Association.

- Publicité -

« Minis patron na pa kapav minis travayer ! », déplore d’emblée Ivor Tan Yan, qui souligne que « le même ministre, en l’occurrence ici Soodesh Callichurn, ne peut à la fois être responsable du recrutement du personnel et défendre les intérêts des employeurs. Il y a là une flagrante contradiction ! » De ce fait ,il soutient que « Pravind Jugnauth doit prendre position dans cette affaire et réagir ».

Au sujet des droits bafoués des salariés, le syndicaliste cite des cas allégués de traitements abusifs. « Dans certains cas, les victimes n’ont même pas le temps d’engager les actions légales que le ministère leur demande de retirer leur plainte! Il suffit donc qu’un patron présente ses excuses, et toute l’affaire change ? Qu’en est-il des dommages subis ? » dit-il.

Sur ce plan, il cite les cas de Brigitte Michel, fondatrice et ex-directrice de l’Ong Ailes, qui a été renvoyée par le conseil d’administration. « Cela fait trois semaines qu’elle a été licenciée sans motif apparent et le ministère du Travail n’a toujours pas trouvé bon de l’appeler ! » ajoute-t-il. Il a également évoqué le cas d’un ex-vigile d’Associated Textile Ltd avait été convié par son employeur à un comité disciplinaire en dehors des heures de travail. « Il a eu une dispute avec ce dernier pour lui faire comprendre qu’il refusait, car ce n’était pas légal. Et en rentrant chez lui, il a été victime d’une crise cardiaque et est malade depuis », poursuit=il.

Du côté Raouf Khodabocus de Linion pep Morisien explique : « chaque jour, des salariés viennent nous voir au bureau. Tantôt parce qu’ils n’ont plus de sous pour nourrir leur famille, tantôt parce que se plaindre des abus de leurs employeurs. Nous, au LPM, nous les aidons. » Il poursuit : « li pa posib ki sityasion pe degrade pou bann travayer ek okenn minis ni depite na pa reazir ! Cinq fonctionnaires sont morts en deux ans de manière énigmatique, et ça ne suscite toujours aucune réaction ? »

Dans un autre ordre d’idées, Ivor Tan Yan déplore également l’attitude des membres de la profession légale. « Les mêmes clauses légales, qui devraient être appliquées dans un cas comme dans l’autre, ne le sont pas, et ces hommes de loi sont sans pitié. » D’où la missive envoyée à la Bar Association, et destinée à Me Yatin Varma.
Les cas d’employés qui sont « victimes de discriminations, encore et toujours, à cause des vaccins du Covid-19 », étaient aussi à l’agenda de la manifestation.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour