Ken Fong demande l’annulation du remboursement d’emprunt (Rs 32 m)

Le gouvernement refuse et suggère à la mairie  d’échafauder une stratégie de financement

Ken Fong n’en démord pas. Soutenu par la majorité des conseillers, l’ancien maire de Beau-Bassin/Rose-Hill réitère sa demande au gouvernement pour qu’il annule les Rs 32 millions de prêts octroyés par l’État à la mairie pour la rénovation de la salle des fêtes du Plaza. Or, le gouvernement fait preuve de réticence à ce sujet et a suggéré à la mairie d’échafauder une stratégie de financement pour un remboursement. Ce qui n’est pas du goût de Ken Fong qui a soulevé deux points, vendredi au Conseil, pour appuyer sa deuxième motion : la Covid-19 qui a plombé les comptes de la mairie et le fait que la salle des fêtes ne génère plus de recettes puisqu’elle abrite la campagne de vaccination.

La première motion de Ken Fong relative à la demande d’annulation des Rs 32 millions, en octobre dernier, avait été soutenue à l’unanimité par les conseillers des villes-sœurs. « La  rénovation du Plaza était inscrite sur le manifeste électoral municipal de l’alliance MSM/PMSD/ML en 2015. J’avais même brandi la menace d’une démissionr lorsque j’ai pris les rênes de la ville, si on ne nous donnait pas l’argent nécessaire. C’était un projet collectif qui a été concrétisé grâce au bon vouloir de l’ancien ministre des Finances Vishnu Lutchmeenaraidoo et de mon leader, Ivan Collendavelloo. J’ai l’impression que les choses ont changé aujourd’hui », souligne Ken Fong qui fait allusion au refus du gouvernement d’annuler la dette. « On a même essuyé un refus pour repousser l’échéance du remboursement », déplore l’ancien maire.

Ce dernier est revenu à la charge, vendredi, dans une tentative de convaincre le gouvernement de faire marche arrière. Car en sus de la crise sanitaire qui a plongé la mairie dans une situation difficile, la salle des fêtes n’est plus rentable depuis plus d’un an, dans la mesure où le gouvernement a décidé que la campagne de vaccination pour les habitants de la ville allait se dérouler là-bas. « La municipalité est confrontée à un déficit financier sans précédent et le  fait que la salle des fêtes ne génère plus de recettes depuis plus d’un an n’augure rien de bon. Nous ne pourrons rembourser ce montant avant quatre ou cinq ans », soutient Ken Fong. La balle est désormais dans le camp du gouvernement.