Photo d'illustration

Des chefs de départements dans plusieurs établissements d’Etat évoquent la tenue de Mock Exams pour le Grade 9 (Form III) après la pause d’une semaine au mois d’octobre à la suite d’une recommandation de la Quality Assurance Division (Quad). Cet examen blanc serait un genre d’entraînement pour les élèves en vue de leur participation à la première édition du National Certificate Examination prévue pour avril 2021. Mais, la date de ces Mock Exams » ne fait pas l’unanimité, étant donné que le programme d’études n’est pas encore bouclé dans plusieurs matières, particulièrement celles avec seulement deux périodes d’enseignement par semaine.

« Il y a eu une recommandation du QuAD pour la tenue de Mock Exams durant la première quinzaine du mois de novembre », dit le chef de département de mathématiques d’un collège de la région Nord. « On leur a fait comprendre que ce ne sera pas possible, parce que les élèves ne seront pas prêts à cette date et que nous n’aurons pas encore complété le programme d’études », poursuit un autre enseignant. Plusieurs enseignants travaillant avec des élèves ayant une performance académique moyenne ou très faible affirment ainsi que ces derniers ne sont pas encore prêts pour prendre part à ces épreuves académiques, tout en reconnaissant que cette évaluation fait partie de la préparation.

Ces enseignants affirment que le confinement a influé grandement sur le programme d’études du Grade 9. Ils ajoutent que les émissions éducatives à la télévision durant cette période pour les élèves concernés « avaient seulement pour but de garder les élèves en contact avec l’école », et que le contenu de ces programmes ne correspondait pas aux besoins de différentes catégories d’élèves. « Pour être franc, ces programmes télévisés n’ont pas eu un grand impact sur l’apprentissage, et ce n’est qu’à la reprise que nous nous sommes replongés dans le syllabus », témoignent des enseignants de Grade 9.

Il existe cependant une autre situation au niveau des Higher Forms, précisément pour le Grade 11 (Form V) et le Grade 13 (Upper VI), où le programme d’études de SC/HSC a été complété le mois dernier dans des institutions d’Etat. De ce fait, les élèves ont commencé à montrer des signes d’agacement en classe. Soulignons que ces élèves ne prendront part aux examens de Cambridge qu’en mai/juin 2021. Toutefois, ils sont obligés d’être présents à l’école pour être éligibles à la subvention gouvernementale aux frais d’examens.
En revanche, dans plusieurs collèges, les salles de classe se vident dans l’après-midi, et les enseignants se trouvent alors en présence parfois d’une poignée d’élèves. « Depuis quelques jours, très peu d’élèves sont en classe durant les deux dernières périodes. Il arrive même que quelques-uns repartent chez eux juste après la récréation », expliquent des enseignants. La direction de l’école permet en effet aux élèves présentant une lettre de leurs parents de quitter plus tôt l’enceinte de l’école. D’autres fois encore, les parents eux-mêmes viennent rechercher leurs enfants. « Nous avons complété le curriculum depuis plusieurs semaines et, même si on fait un travail de révision en classe, il est assez difficile de capter l’attention des élèves de SC/HSC en ce moment. Les examens se tiendront l’année prochaine et l’intérêt en classe a beaucoup diminué. D’ailleurs, beaucoup d’entre eux ont commencé la révision depuis le confinement. Nous sommes encore loin de la fin du deuxième trimestre et ces signes d’agacement en classe seront encore plus visibles dans les jours à venir », prévient un enseignant de langues.

Des membres du corps enseignant sont d’avis que les chefs d’établissements devraient soulever ce problème avec les responsables du ministère de l’Education. « Le ministère ne peut pas brandir la carte de la subvention pour les frais d’examens pour obliger l’élève à venir à l’école. Il faut trouver une formule correspondant aux besoins des élèves de SC/HSC pour les motiver à venir en classes avec enthousiasme », croit-on.

Par ailleurs, dans beaucoup de collèges, on note un certain nombre d’absences chaque jour parmi les enseignants depuis quelques jours. Le recteur d’un établissement pour garçons confie ainsi avoir eu plus de 20 absences durant la dernière semaine du mois d’août, ajoutant avoir eu « beaucoup de difficultés » à trouver des remplaçants.
Soulignons que l’école a repris le 1er juillet et que le 2e trimestre prendra fin cette année le vendredi 27 novembre. Ce deuxième trimestre sera exceptionnellement long, mais les élèves auront droit à une semaine de congé du 19 octobre au 23 octobre.