Photo d'illustration

La Team Europe est en contact étroit avec les autorités mauriciennes à la suite de la marée noire causée par une brèche dans la coque du MV Wakashio, qui a échoué sur les récifs dans le sud-est de l’île le 25 juillet. Les membres de la Team Europe (la délégation de l’Union européenne auprès de Maurice), de l’ambassade de France, de l’Agence française de développement et de l’Antenne de la région Réunion à Maurice partagent les préoccupations des autorités, des organisations de la société civile et des citoyens quant à l’impact de ce déversement sur l’écosystème et la vie marine dans cette zone de l’île, connue pour son parc marin.

En signe de solidarité, la Team Europe se mobilise pour soutenir Maurice dans la lutte contre cette pollution. D’une part, l’UE apporte son soutien à travers son appui à la Tourism Authority et le programme régional de sécurité maritime (MASE), qui a pour but de mettre en place un mécanisme de surveillance et de contrôle de la zone maritime du sud-ouest de l’océan Indien.

Comme action urgente, le projet Sustainable Tourism Mauritius, mis en œuvre par la Tourism Authority, prendra en charge le coût de l’achat des équipements nécessaires (pelles, gants, bottes et sacs) pour réaliser le nettoyage des plages affectées par la pollution. Dans le cadre du programme MASE, l’exercice régional POLMAR a été initié l’an dernier pour parer aux risques liés à la pollution marine. La mobilisation de ce programme ainsi que d’autres instruments européens est à l’étude.

Par ailleurs, la France a été saisie d’une demande d’assistance par les autorités mauriciennes. À La Réunion, Jacques Billant, préfet de la zone Sud océan Indien, a décidé d’activer une cellule de crise réunissant le bureau de l’action de l’état en mer de la zone maritime sud de l’océan Indien, la direction de la mer de l’océan Indien, le centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage, les forces armées de la zone sud de l’océan Indien (FAZSOI), la cellule diplomatique et l’état-major de zone de défense.

Ce soutien s’organise dans le cadre du plan de lutte sous-régionale pour les pays de l’océan Indien occidental contre les pollutions du milieu marin par les hydrocarbures. Cette cellule de crise est en lien permanent avec les autorités mauriciennes, notamment via l’ambassade de France à Maurice, afin d’analyser le soutien qui pourrait être apporté à Maurice par les autorités françaises dans la lutte contre cette pollution.

Le Premier ministre, Pravind Jugnauth, s’est également entretenu avec le président du Conseil régional de La Réunion, Didier Robert, au sujet de la situation. Le président de la Région Réunion a réaffirmé son soutien complet et a mobilisé la collectivité pour apporter, avec l’État, une solution groupée.