– Le ministre Kavy Ramano : « Le secteur privé doit assumer ses responsabilités »

Depuis 2018, Nestlé s’est engagée à protéger la planète à travers son initiative « Re Sustainability » axée sur sur trois piliers, à savoir ‘Rethink’, ‘Reduce’, ‘Repurpose’. Présente à Maurice, cette entité veut participer à sa manière à protéger l’environnement terrestre et marin. Nestlé vise à recycler et réutiliser 100% de ses emballages d’ici 2025 et à réduire d’un tiers l’utilisation du plastique vierge.

À travers cette initiative, Nestlé veut s’assurer qu’aucun de ses emballages ne se retrouve dans la nature, les centres d’enfouissement ainsi que les océans, les lacs et rivières. Dans son exposé sur le plastique, Erkan Konak, Country Manager de Nestlé, fait état des avantages, mais soutient que le plastique cause du tort à l’environnement. Ainsi, pour participer à lutter contre le plastique à Maurice, il avance que Nestlé a décidé de recycler et réutiliser 100% de ses emballages d’ici à 2025. Une série d’initiatives et d’actions sera menée pour sensibiliser, éduquer et offrir, dans la mesure du possible, les infrastructures nécessaires pour éliminer de manière responsable les déchets plastiques.

« Une quantité importante de pollution par le plastique provient des produits que nous utilisons chaque jour, comme des sacs en plastique, des bouteilles de boissons et des emballages d’aliments. Dans le secteur de l’alimentation, les emballages en plastique permettent d’assurer la sécurité des aliments et de lutter contre le gaspillage alimentaire. Mais si les emballages plastiques sont utilisés et disposés de manière responsable, l’impact sur l’environnement est réduit considérablement », explique le Country Manager. Et pour démontrer de quelle manière Nestlé œuvre dans la protection de l’environnement, il avance que l’approche de l’économie circulaire est favorisée. De ce fait, de gros moyens sont déployés pour assurer que les emballages des produits soient réutilisables et recyclables.

De ce fait, Nestlé Mauritius collabore avec le ministère de l’Éducation à travers son “Healthy Kids Programme présent dans 258 écoles primaires. La compagnie travaille en ce moment avec le Mauritius Institute of Education pour introduire le programme de Sustainability dans une quarantaine d’écoles primaires sur une base pilote. Le but est d’éduquer les enfants sur l’importance de protéger l’environnement terrestre et matin, et à se débarrasser des déchets plastiques de manière plus responsable.

À cet effet, des poubelles seront installées dans les écoles choisies pour récupérer les plastiques laminés. Les déchets seront recyclés et transformés en d’autres objets utiles. Nestlé Mauritius a aussi installé un conteneur de 30 mètres carrés à Jumbo Phoenix pour récupérer les déchets plastiques provenant de l’hypermarché. Ces déchets seront livrés à une entreprise pour être recyclés.

Ainsi, un Nestlé RE Pop-Up Museum a été mis sur place avec pour thème “Let’s Rethink plastics together!” et ce, jusqu’au au 28. Le ministre de l’Environnement, Kavy Ramano, avance que les nouvelles mesures sur l’utilisation du plastique ont permis à un bon nombre de Mauriciens de s’adapter. Il ajoute que des entreprises de fabrication de produits en plastique ont changé leur machinerie, et ont aussi formé leurs employés. Il ajoute qu’une centaine d’entreprises ont déjà démontré leur intérêt à exploiter des produits qui sont Environmentally-Friendly. De nouvelles mesures sur les règlements des bouteilles PET seront bientôt communiquées au secteur privé.

Le consommateur sera encouragé à rendre ces bouteilles pour que celles-ci soient recyclées. « Nous voulons responsabiliser le privé. Les importateurs peuvent se regrouper et assumer leurs responsabilités en ce qui concerne le devenir des déchets qu’ils ont produits », souligne Kavy Ramano, avançant qu’une fois qu’un produit a été utilisé, « il ne faut pas que le privé s’en lave les mains et croit que c’est l’affaire du gouvernement ».

Il fait ressortir qu’il faut aussi engager la responsabilité du privé en ce qui concerne la gestion des déchets. Ainsi, la responsabilité élargie des producteurs sera appliquée. « Le privé a aussi sa responsabilité dans la gestion des déchets », dit-il, et ce pour protéger l’environnement mauricien.