À la suite de la perquisition effectuée par l’ICAC hier dans les locaux de la Swan et de la saisie des documents et fichiers électroniques relatifs aux transactions boursières effectuées dans le cadre de l’acquisition des actions du groupe hôtelier New Mauritius Hotels (NMH) en février 2016, on laisse entendre dans les milieux informés que les échanges entre les responsables de la compagnie et la Financial Services Commission (FSC) sont désormais visés. Des informations recueillies dans le cadre de cette enquête indiquent que l’utilisation des fonds de pension du groupe pour le rachat des actions détenues par le groupe Taylor Smith et Property and Development (PAD), reste au cœur de cette descente de l’ICAC, étant donné qu’il y aurait potentiellement une “breach” de la Private Pension Scheme Act.

Selon nos recoupements, l’ICAC envisage désormais d’éplucher les dessous de la supervision de la FSC en ce qui concerne cet investissement de la Swan, avec notamment l’objectif de permettre au trio ENL, Rogers et Swan Life, de garder la main sur l’actionnariat du groupe hôtelier et de ne pas à avoir à faire une Mandatory Offer aux actionnaires et se protéger contre une tentative d’offre publique d’achat (OPA). Les échanges entre l’Investment Committee de la Swan et le régulateur des services financiers sont jugés « cruciaux » pour la suite de l’enquête. L’ICAC devrait situer le contexte de ce “deal”, avec notamment un possible « ferm lizie » de la FSC sur cette transaction qui a suscité son lot de controverses depuis 2016, avec le Stock Market comme potentielle “crime scene”.

À l’issue de cette démarche de l’ICAC hier dans le cadre de cette enquête sur l’achat des actions de NMH, la Swan a laissé entendre qu’elle « coopère entièrement » à cette procédure de la commission anti-corruption. La compagnie réitère, « avec force et conviction », que ses investissements boursiers ont toujours été effectués dans le respect des lois et des règlements en vigueur.

Le communiqué de la Swan vise à rassurer ses clients, principalement ceux ayant souscrit à un plan de pension, que les différents fonds ont fait l’objet de placements « mûrement réfléchis et prudents », avec pour objectif d’assurer leur croissance à long terme. « En tant qu’entreprise réputée, elle mettra tout en œuvre pour défendre son intégrité, sa crédibilité et le savoir-faire de ses équipes. En attendant les conclusions de l’enquête, SWAN s’abstiendra de tout commentaire », a-t-on fait comprendre hier.