Alors que la nomination des nouveaux board members du conseil d’administration de la SBM Bank a été entérinée avec les nouveaux venus, soit Jean-Paul Arouff, directeur de communication du Bureau du Premier ministre, Azeem Salehmohamed, conseiller du ministre des Finances, Renganaden Padayachy, Visvanaden Soondram, directeur aux Finances, l’ancien parlementaire MSM Raj Rampertab, ayant un passé dans le domaine légal, Ranapartab Tacouri, comptant 50 ans d’expérience dans les filières académiques et financières, et Oumila Sibartie, une professionnelle de la finance, le dernier nominé, Chengan Coomarah, en a surpris plus d’un, non seulement à la SBM Tower, mais aussi dans le secteur bancaire. Sa nomination est diversement commentée, car le principal intéressé serait un inconnu dans ce domaine, étant donné qu’il a fait carrière au sein de la force policière.

D’ailleurs, la note retraçant son parcours durant ces derniers 30 ans indique clairement qu’il a occupé plusieurs positions « within the Mauritius Police Force, including Police Sergeant, Police Sub Inspector and Police Inspector. » Et la note ajoute qu’il a aussi été « president of several socio-cultural organisations across the country ».

Une nomination qui, selon beaucoup, montre que pas grand-chose n’a changé au sujet des choix basés sur la méritocratie. D’autant plus que la Banque centrale vient de recommander de placer des personnes compétentes dans le secteur bancaire, notamment à des postes de responsabilité. L’on se souvient qu’avec la tenue de l’Assemblée générale des actionnaires de cette banque d’État le 31 juillet dernier, l’accent avait été mis sur le critère de sélection des Board Directors dans le cadre du plan de restructuration sur plusieurs aspects dont celui de “credit risk” et la situation au regard des “toxic loans”. On s’attendait à ce que les “non-political appointments” soient privilégiés contre ceux ayant un “poor track record” pour la finance, l’“international banking” ou encore le “cross-border lending”. Voilà que l’arrivée de cet ancien policier fait déjà sourciller au sujet de cette remise en ordre.