Les travaux de dépollution avancent dans les lagons du sud-est touchés par le déversement d’hydrocarbures provenant du MV Wakashio. Hier, le Conseil des ministres a pris note de l’achèvement du nettoyage à la plage de Pointe d’Esny et à l’île aux Fouquets. Des boudins ont également pu être enlevés à Blue-Bay, les autorités contrôlant toutefois la qualité de l’eau de 10 sites.

De plus, la deuxième phase de dépollution des lagons a déjà été enclenchée sur certains sites, dont celui de la Case du Pêcheur. C’est ce qu’indique Le Floch Dépollution, déployé aux côtés de Polyeco pour dépolluer les zones affectées.

C’est la technique de « flushing » qui est utilisée pour cette étape. Celle-ci consiste à injecter de l’eau à température ambiante, voire chaude, dans la zone choisie pour dégager l’huile qui aurait migré dans le sol. Ce qui devrait permettre de nettoyer en profondeur les lagons.

Les experts soutiennent que cette cette technique est « efficace » et « n’endommagera pas plus la faune et la flore de Pointe d’Esny ».

A savoir que la première partie des travaux de dépollution se poursuit toujours. Sont concernés les sites de Bambous Virieux, Bois des Amourettes, Vieux Grand Port, Falaise Rouge et Rivière des Créoles.

D’autre part, la National Coast Guard a, le 2 septembre, enlevé tous les boudins déployés autour du Blue Bay Marine Park. La même opération est en cours aux alentours de l’île aux Aigrettes. Toutefois, les boudins placés autour de l’épave du navire sont maintenus sur place.

A noter que quelque 1 282 tonnes métriques d’huile lourde ont été dégagées des lagons. Et environ 1 116 tonnes métriques de Solid Waste and Debris ont été transférés à la décharge de La Chaumière « for storage and subsequent exportation ».

Par ailleurs, le ministère de l’Egalité du genre a entamé des discussions pour identifier les mesures socio-économiques à adopter en vue de contrer l’impact du déversement d’hydrocarbures. Le but étant de soulager et d’aider les personnes affectées, dont des pêcheurs et plaisanciers.

Ces discussions réunissent le ministère de l’Intégration sociale, l’Université de Maurice et le United Nations Development Programme.