Aucun établissement secondaire n’est connecté à l’Internet haut débit à ce jour. C’est ce qu’a fait comprendre le ministre Deepak Balgobin lors de l’examen en comité du budget des TIC.

« À l’heure actuelle, nous n’avons pas de connectivité dans les collèges », dit-il, tout en précisant qu’il se pourrait que certaines institutions soient connectées au Web à leurs propres frais. « Nous n’avons pas encore connecté les institutions secondaires. C’est un grand projet qui arrive pour 150 écoles du pays », dit-il. Les institutions scolaires de Rodrigues bénéficieront des mêmes facilités d’accès au réseau informatique.

Arvin Boolell, s’est aussi intéressé à la question avec notamment le déboursement de Rs 60 millions prévues dans le précédent budget. Mais le ministre souligne qu’aucun appel n’a encore été fait pour retenir les services d’un consultant.

« En effet, une somme de Rs 100 millions a été réservée, soit Rs 60 millions cette année et Rs 40 millions pour l’année prochaine. Mais ce projet était d’installer la connexion Wi-Fi pour deux grades. Cependant, au courant de l’année financière, nous avons décidé qu’il faut que toutes les écoles et les classes soient connectées au Wi-Fi. De ce fait, la valeur du projet a augmenté. Nous avons eu des discussions et nous avons finalisé le nouveau système de la vitesse de la connectivité dans les écoles », a fait ressortir le ministre.

Reza Uteem n’a pas lâché le ministre sur la question du haut débit, soutenant que « de fortes sommes ont été votées il y a deux ans pour ce projet ». Il avance que le prestataire, soit la compagnie DCL, a été mis en liquidation. « Est-ce que la somme budgétée remplacera les équipements fournis par le prestataire ou pourrons-nous utiliser les équipements déjà acquis ? » demande-t-il.

Ce à quoi le ministre Balgobin a répondu que ces équipements devront être remplacés, « car le contrat de DCL remonte à 2014 ». Il souligne que la durée de vie d’un équipement informatique n’est que de cinq ans. « Tous les équipements ne sont plus utilisés », dit-il.
Le même député du MMM a interpellé le ministre Balgobin sur le coût de fonctionnement du Data Protection Office et si tous les postes sont remplis. Le budget prévoit Rs 5,5 millions pour opérer ce bureau. Le ministre a répondu que tous les postes sont remplis.

Des frais payés de 7 millions payés au consultant pour le projet de Mauritius Digital Transformation Agency (MDTA) intéressent le député travailliste Fabrice David. Deepak Balgobin a concédé que cette mesure avait été annoncée dans le budget précédent. L’objectif du projet, dit-il, « est d’accélérer la transformation numérique de Maurice ». Il ajoute qu’au niveau de son ministère, des experts internationaux ont été contactés, tels Govtech, de Singapour, et une académie d’Estonie. « Nous sommes d’accord avec les propositions de l’Estonie et les consultants de ce pays seront bientôt à Maurice pour concevoir tout le plan de la MDTA », dit-il.

Le député Buisson Leopold a pour sa part interrogé Deepak Balgobin sur le Mauritius Research and Innovation Council, qui bénéficiera d’un budget de Rs 45 millions. Le député de Rodrigues a voulu savoir si une partie de cette somme sera utilisée pour la restructuration du MRIC de Rodrigues. Et le ministre d’affirmer que des dispositions ont été prises dans ce sens et qu’une somme de Rs 5 millions pour un Special Call for Proposals est destinée aux Rodriguais et aux entreprises rodriguaises uniquement.