Le plasticien Arvin Ombika a décroché le trophée Malcolm de Chazal avec son tableau intitulé Malcolm peint Chazal au Bengale. La remise des prix a eu lieu fin septembre lors d’une soirée commémorative au Domaine Saint-Antoine, à Goodlands, pour marquer les 118 ans de la naissance de ce génie mauricien, qui s’est distingué dans différents domaines, dont l’art, l’écriture et l’ingénierie.

Du Bengale où il poursuivait son expérience artistique depuis quelques années déjà, Arvin Ombika a peint ce tableau qui, selon lui, est le produit d’une réflexion poussée sur la relation qu’il entretient avec son pays de naissance et celui de ses ancêtres. Il choisit de répondre au thème proposé par la Fondation Malcolm de Chazal, qui devait être une inspiration « des motifs et des couleurs de Malcolm de Chazal » en y incluant à la fois des références mauriciennes et indiennes, des motifs travaillés à la manière de Malcolm de Chazal. Ainsi, peut-on voir quelques références locales du Bengale comme les fleurs « Kadam » et « Palash » pour peindre la maison en terre dans laquelle il vivait. Il y inclut deux oiseaux chazaliens qui, dit-il, « représentent l’âme mauricienne et indienne sous un nuage romantique ». Arvin Ombika s’approprie aussi la silhouette de l’artiste « en s’inspirant d’une photographie de Tristan Bréville, parue dans la 16e édition du magazine Revue Noire ». Il conserve la silhouette encrée de noir en clin d’œil, « au fond noir souvent utilisé par l’artiste dans ses peintures ». De cette silhouette, ressortent les 16 marches de l’Aapravasi Ghat, lieu symbolique et point d’entrée des travailleurs engagés indiens dont ses ancêtres. Y apparaît aussi la canne à sucre, un élément clé de l’histoire du peuplement et du développement de l’île, fortement lié à l’immigration indienne au 19e et 20e siècles. Arvin Ombika va encore plus loin en habillant le chapeau de De Chazal avec les motifs étoilés des bandanas que portaient jadis les immigrants indiens. L’artiste reprend également sa signature, « comme un élément artistique pour parler de lui ».

Le trophée Malcolm de Chazal a été lancé en 2019 dans le cadre de la première édition de la soirée Malcolm de Chazal pour récompenser le meilleur travail artistique et littéraire de la compétition désormais annuelle. Un événement en honneur de sa contribution dans le domaine artistique et littéraire. C’est le ministre des Arts et du Patrimoine culturel, Avinash Teeluck, qui a procédé à la remise des prix aux gagnants des différentes catégories de la compétition. L’artiste, qui a été rapatrié au pays à cause de la propagation du coronavirus en Inde, était présent à la soirée de remise de prix. Il est fier et heureux de cette distinction. Arvin Ombika est actuellement professeur d’art au département des Beaux-Arts du Mahatma Gandhi Institute, à Moka.

Le deuxième prix de cette catégorie d’artistes âgés de 25 ans ou plus est allé à Vishal Dinoo et le troisième à Jean-Yves Lonflé. Prema Mookaram a décroché un prix spécial du jury. Pour la catégorie des 15 à 24 ans, le premier prix est allé à Camille Ah-Fock, le deuxième à Nandisha Bahadoor et le troisième à Florence Jeannette. Le prix spécial du jury est revenu à Praveena Mahadoo. Pour la compétition internationale édition 2019 destinée aux enfants qui s’est tenue à Moscou, le premier prix est allé à Kiara Denton, le deuxième à Rita Chandra Bauhadoor et le troiisème à Girvaan Appadoo. Le prix spécial du jury pour la catégorie littéraire est allé à Alexandre Bézéguy.

Cette soirée a également vu le lancement d’une nouvelle édition de Petrusmok, issue de la Maison des Nomades en France. Écrit par Malcolm de Chazal, Petrusmok a été publié pour la première foisen 1951.