- Publicité -

Perte du Pouvoir d’achat : Rallye de l’ACIM samedi

Les ménagères invitées à taper dans les casseroles en guise de protestation pendant un quart d’heure à partir de 17 h chaque jour

- Publicité -

Le coup d’envoi de la mobilisation organisée contre la perte du pouvoir d’achat sera donné ce samedi 30. Comme elle l’avait annoncé la semaine dernière, l’Association des Consommateurs de l’île Maurice (ACIM) prépare une série d’événements pour dénoncer les abus sur les augmentations, notamment des produits pétroliers. Cela débute par un rallye dans la capitale ce 30 avril à partir de 14h. Plusieurs organisations, notamment syndicales et politiques, ont déjà signifié leur intention d’apporter leur soutien pour cette mobilisation.

La police n’a pas objecté à la tenue d’un rallye de l’ACIM dans la capitale ce samedi 30 avril. Contrairement à la dernière fois, la réponse des Casernes centrales n’a pas tardé. Surtout, il n’y a pas eu de conditions restrictives imposées, à part le respect des conditions sous le protocole sanitaire. C’est ce que confie Jayen Chellum, secrétaire de l’ACIM.
« La dernière fois, la police avait imposé une série de conditions strictes qui auraient pu mettre en péril l’organisation des rallyes à Maurice. Nous avions dû aller en Cour pour faire enlever ces restrictions. Cette fois-ci, je peux dire que la police a réagi rapidement et sans contrainte », fait-il comprendre.

Parmi les conditions imposées, toutefois, le commissaire de police demande à l’ACIM de s’assurer que les participants ne s’engagent pas dans une opération escargot sur le parcours du rallye et aussi, que ces derniers ne quitteront pas leurs véhicules pour s’inscrire dans une marche. L’organisateur devra également se conformer aux dispositions de la Public Gathering Act.

Jayen Chellum souligne que ce rallye marque le début de la mobilisation contre la vie chère. Le rallye démarrera à 14h à la rue Volcy Pougnet et passera par les rues Orléans, Deschartes, Lord Kitchner, John Kennedy, Place d’Armes, Royale, Magon, Khadafi Square, SSR, Jules Koenig, Labourdonnais, pour se terminer au point de départ, rue Volcy Pougnet, à 15h30.

Plusieurs organisations, notamment syndicales, sociales et politiques, ont été contactées pour collaborer à cette première action organisée contre les hausses massives de prix au détail. Jayen Chellum annonce une réunion de coordination ce mercredi en vue de mettre au point la liste des différents partenaires.

Rappelons que l’ACIM dénonce la majoration du prix du gaz ménager ainsi que les augmentations successives des prix du carburant à la pompe. « Le 25 décembre 2021 l’essence se vendait à Rs 235.50 le gallon. Au 20 avril le prix est passé à Rs 337 le gallon, soit une augmentation de Rs 101.50 par gallon par rapport au 25 décembre 2021. Ceci est équivalent à une augmentation de 43% en moins de 4 mois. Les taxes sont de l’ordre de Rs 151 le gallon équivalant à 44.8% », indique-t-il.

Pour ce qui est du diesel, qui se vendait à 186.50 le gallon au 25 décembre 2021, il coûte Rs 248 le gallon depuis le 20 avril 2022 ; c’est-à-dire une augmentation de Rs 61.50 le gallon. « Ceci équivaut à une augmentation de 33% en moins de 4 mois. Les taxes perçues sur le diesel sont de Rs 53.20, soit 21 % », ajoute-t-il encore.

L’ACIM a toujours dénoncé les taxes abusives qui pèsent lourd sur le prix de l’essence et du diesel. Si le prix du carburant est parvenu à un niveau jamais atteint, dit Jayen Chellum, c’est principalement en raison de toutes les taxes ajoutées pour plusieurs items, notamment, l’achat des vaccins, la construction des routes, les subsides sur le riz, la farine et le gaz. Justement, en dépit de ces majorations et de la taxe appliquée, le gaz ménager a augmenté.

À un autre niveau de la mobilisation, l’ACIM invite les ménagères à frapper dans leurs casseroles vides pendant 15 minutes à partir de 17h, tous les jours, pour faire du bruit, afin de faire comprendre qu’elles éprouvent des difficultés à nourrir leurs familles avec les augmentations.
Par ailleurs, les automobilistes seront aussi conviés bientôt, à rouler entre 20 et 30 km/heure, à travers l’île, pour dénoncer les prix abusifs de l’essence et du diesel.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour