- Publicité -

Pravind Jugnauth : « Removal of Peter Uricek was perfectly lawful »

Lors des questions adressées au Premier ministre, ce mardi 10 mai, Pravind Jugnauth a affirmé que le « removal of Peter Uricek from the Mauritian territory was perfectly lawful ».

- Publicité -

Revenant sur la chronologie des évènements, le Premier ministre a indiqué que, le 15 novembre 2020, le bureau de l’Attorney General a reçu une demande datée du 6 août 2020 de la République slovaque pour l’arrestation et l’extradition de Peter Uricek.

Selon l’autorité slovaque, Peter Uricek était recherché pour « establishing, masterminding and supporting a criminal group » pour lequel il était passible d’une peine d’emprisonnement de 5 à 10 ans.

Il était également recherché pour la fabrication, la détention et le trafic illicite de stupéfiants, pour lesquels il encourait une peine d’emprisonnement de 20 à 25 ans ou la réclusion à perpétuité.

Pravind Jugnauth a expliqué qu’au moment de la réception de la demande, la frontière mauricienne était fermée depuis le 19 mars 2020 et n’a été complètement réouverte que le 1er octobre 2021 en raison de la pandémie de la Covid.

Le 25 janvier 2021, le bureau de l’Attorney General a écrit aux autorités compétentes de Maurice pour confirmer la présence de Peter Uricek dans le pays. Une fois sa présence confirmée, une demande d’extradition et d’arrestation a été rédigé pour le 27 mars 2021, mais la demande a été retenue en raison du deuxième lockdown.

Lors de la réouverture des frontières de Maurice le 1er octobre 2021, le bureau de l’Attoney General a une nouvelle fois écrit aux autorités compétentes de Maurice pour confirmer la présence de Peter Uricek dans le pays. Confirmation obtenue le 28 octobre 2021. Un ordre d’extradition a donc été logé à son encontre.

Le 15 février 2022, le bureau de l’Attorney General a reçu la confirmation que les autorités slovaques étaient prêtes et capables de « remove » Peter Uricek de Maurice. Sa demande a été déposée le 22 février 2022 devant le tribunal de district de Port-Louis.

Il a ensuite été arrêté le 22 février 2022 et libéré sous caution le 9 mars.

Pendant ce temps, son permis d’occupation était sur le point d’expirer, le lundi 18 avril 2022. Et le 23 mars 2022, alors que la procédure d’extradition était toujours en cours, les services de l’état civil a informé le bureau du Premier ministre qu’une demande de mariage avec sa compagne, une citoyenne mauricienne, avait été faite. Néanmoins, cette demande a été rejetée.

Selon les autorités slovaques, de 2015 à 2018, Peter Uricek aurait contribué à fournir des précurseurs pour des pilules d’environ 4 80 kilo de méthamphétamine, valant 16,8 euros, soit Rs 758 millions.

« Ma seule option en tant que ministre responsable de l’immigration était de priver Peter Uricek de son statut de résident », a soutenu Pravind Jugnauth.

Le Premier ministre s’est dit dérouté par le fait que des personnes, qui ont prêté le serment sacré d’être fidèles à la République de Maurice conformément à la loi, utilisent « la désinformation » pour manipuler l’opinion publique.

« Peter Uricek possède un certificat de moralité sans tâche car il n’a jamais commis de crime à Maurice. Mais cela n’efface pas automatiquement son statut de personne recherchée par Interpol », a fait ressortir Pravind Jugnauth.

Le 15 avril 2022, Peter Uricek a été privé de son statut de résident. Selon le chef du gouvernement, le 26 avril 2022, M. Uricek a été emmené « en toute légalité », et ce, « par la police » pour « être expulsé » du pays.

« Quant à l’ordre de la Cour suprême, il était de la nature d’une injonction empêchant le procureur général d’expulser le demandeur. La République de Slovaquie est membre de l’Union européenne. La prise en charge et le retrait étaient parfaitement légaux ».

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour