Image d'illustration

La Private Notice Question (PNQ) a révélé que 2 224 travailleurs étrangers sont actuellement portés manquants. Pas moins de 53 Mauriciens sont aussi toujours portés disparus.

Le Premier ministre, Pravind Jugnauth,  a indiqué que parmi les travailleurs étrangers portés manquants se trouvent 2 126 hommes et 98 femmes. Aucun ressortissant étranger n’est autorisé, rappelle-t-il, à exercer un emploi rémunéré à Maurice sans un permis de travail valide. Toute personne trouvée coupable est d’ailleurs passible d’une amende allant de Rs 25 000 à Rs 50 000, et d’une peine d’emprisonnement n’excédant pas 2 ans. Tout employeur ou tout individu employant un travailleur étranger sans permis de travail est également passible d’une amende variant de Rs 25 000 à Rs  50 000 et d’une peine d’emprisonnement pouvant atteindre là aussi deux ans.

Le Passeport and  Immigration Office poursuit ses recherches en, vue de localiser ces travailleurs portés disparus pour les rapatrie. Par ailleurs, afin de résoudre le problème des travailleurs portés disparus un comité de haut niveau, coprésidé par le ministre du Travail, Soudesh Callychurn, et l’Attorney General,Maneesh Gobin, a été institué.

Concernant la situation à Maurice de 2019 à ce jour, 1 525 personnes ont été portées disparues. De ce nombre, 1 448 ont été localisées et retrouvées saines et sauves, 24 ont été retrouvés morts et 53 autres sont toujours portées disparues.

Le leader de l’opposition a, dans le cadre des questions supplémentaires, considéré que la police « n’accorde pas suffisamment d’importance à la recherche des personnes disparues ». Il a de fait demandé au Premier ministre s’il n’y a pas lieu, pour la police, de posséder une cellule essentiellement consacrée à la recherche de personnes disparues. Ce qui, à son avis, est « d’autant plus important que certains disparus sont retrouvés morts, comme cela avait été le cas récemment pour deux femmes ». Il a aussi interpellé le Premier ministre sur le travail effectué par un comité  tombant sous sa responsabilité.

Xavier-Luc Duval a par ailleurs attiré l’attention des commentaires effectués par les autorités américaines dans leur rapport annuel consacré au Human Traficking, et qui considère que le comité qui opère au sein du bureau du Premier ministre est « inactif ». Le Premier ministre a affirmé qu’en tenant compte des relations d’amitié liant les Etats-Unis et Maurice, le service de son bureau avait envoyé des informations précises et officielles à l’ambassade de Maurice afin de corriger les informations publiées dans le dernier rapport américain. « Je ne sais pas d’où ils obtiennent leurs informations, mais nous faisons le nécessaire pour que des informations plus précises leur soient communiquées », dit-il..