Me Rama Valayden sera entendu par le comité exécutif du Bar Council à 15h ce mardi 25 mai afin de donner sa version des faits sur les circonstances entourant son arrestation, survenue lundi dernier aux alentours de 2h du matin lundi dernier. Des membres de la CCID avaient alors débarqué chez lui pour l’informer qu’il serait interrogé « Under Warning » aux Casernes centrales dans le cadre d’une infraction au protocole sanitaire suite à la manifestation pacifique organisée dimanche matin par le Groupe Réflexion Emmanuel Anquetil pour condamner les attaques d’Israël contre la Palestine.

Le Bar Council a décidé de mener son enquête à la suite d’une déclaration du Deputy Commissioner of Police (DCP), Heman Jangi, qui avait affirmé que c’est l’avocat Navin Ramchurn qui l’aurait appelé vers 1h du matin dans la nuit de dimanche à lundi pour lui dire que Me Rama Valayden souhaiterait venir aux Casernes centrales à cette heure-là. Aussi, Navin Ramchurn a été entendu par le Conseil de l’Ordre des avocats, présidé par Yatin Varma, afin qu’il donne sa version des faits sur ce qui s’est passé aux petites heures du matin lundi. Ce dernier devait par ailleurs confirmer que ses services avaient bien été retenus par Me Valayden ce jour-là et qu’il avait bien eu une conversation téléphonique avec le DCP Jangi.

Après ses explications, le Bar Council a décidé de convoquer Rama Valayden pour qu’il donne lui aussi sa version. De fait, ce dernier est attendu mardi prochain pour s’expliquer. Dans une communication officielle signée par la secrétaire du Bar Council, Mayuri Devi Bunwaree-Ramlackhan, Rama Valayden est informé qu’en vertu des articles 3(1)(b), 2(d) et (h) de la Mauritius Bar Association Act, le Bar Council a décidé de l’appeler dans le cadre de l’enquête initiée autour de son arrestation par le CCID le 17 mai. Le Bar Council a aussi rappelé à Me Valayden la « sensibilité de cette affaire », pour laquelle « aucune requête pour un renvoi ne sera acceptée ». Ajoutant que s’il est absent ce jour-là, « le Conseil procèdera avec son enquête, quoi qu’il arrive ».

Pour rappel, le Bar Council avait pris position contre la manière de faire de la police lorsqu’elle avait arrêté Rama Valayden cette nuit-là. Le président du Bar Council, Yatin Varma, devait en outre déplorer l’heure à laquelle les hommes du CCID avaient débarqué au domicile de l’homme de loi, à Sorèze, estimant à ce titre qu’il n’y avait pas urgence et que cette procédure « n’était pas nécessaire », car Rama Valayden aurait pu être interrogé à la place « during working hours » le 17 mai dernier.